17 août 2018

Gabriel Celaya (1911 – 1991):Méditation / Meditación

  Méditation   S’il est vrai que j’existe et que je m’appelle Raphaël, s’il est vrai que je suis ici et que ceci est une table ; s’il est vrai que je suis un petit peu plus qu’une pierre noire au milieu des orties, un peu plus qu’une pierre rugueuse au fonds d’un puits ;   s’il est vrai qu’est réelle cette étrange clarté violette du soir, si ces gris et ces mauves sont des maisons et des nuages, s’il est vrai que cet homme qui passe dans la rue n’est pas un somnambule, si est réel ce silence qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2018

José Manuel Caballero Bonald (1926 -) : Tandis que j’ajuste mon âge au temps

  Tandis que j’ajuste mon âge au temps   Combien de fois, en fin de journée, perdant pied dans les eaux entassées de mon âge, j’ai vu brûler, gémir la charge de ma vie qui tenait au seul fil précaire et tremblant d’une chose qui encore s’impose à mon cœur, nom arraché à coups de mémoire,  pour que jamais je ne puisse dire ce n’est pas vrai j’attends encore, je suis destiné à attendre encore et toujours tandis que j’ajuste mon âge au temps, pour ainsi me récupérer de la vie que je destitue jour après... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2018

Maria Victoria Atencia (1931 -) : « Que faire si soudain tu découvres... » / « Qué hacer si de repente descubres... »

  Que faire si soudain tu découvres que tu es habitée de la tête aux pieds par quelqu’un qui t’est étranger et qui confond ta langue avec un verbe différent. D’un côté et de l’autre, le jour il te cherche en traînant une lampe, et la nuit il sent ses yeux aveuglés par un soleil d’injustice.   Que faire sinon te jeter dans le tumulte, crier sous les vagues, secouer avec des bambous la racine de ton corps, désirer la mandragore, proclamer ta sécheresse pour le restant de tes jours et dormir pour l’éternité sur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mai 2018

Angel González (1925 – 2008) : Ce sont les mouettes, mon amour / Son las gaviotas, amor.

  Ce sont les mouettes mon amour   Ce sont les mouettes, mon amour. Les lentes, les hautes mouettes.   Mer hivernale. L’eau grise laisse un tâche froide sur les rochers. Tes jambes, tes douces jambes, attendrissent les vagues. Un ciel sale se vautre sur la mer. Le vent efface le profil des collines de sable. Les tristes mares de sel et de froid copient ta lumière et ton ombre. Elles crient des choses là-haut que, trop absorbée, tu n’écoutes pas.   Ce sont les mouettes, mon amour. Les lentes,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2018

Francisco Brines (1932 -) : Quand je suis encore la vie / cuando yo aún soy la vida.

  Quand je suis encore la vie A Justo Jorge Padrón     La vie m’entoure, comme durant ces années maintenant perdues, après la magnificence d’un monde éternel. La rose estafilade de la mer, les couleurs estompées des jardins, le fracas des pigeons dans l’air, la vie autour de moi, quand je suis encore la vie. Avec la magnificence d’autrefois, les yeux vieillis, et un amour lassé.   Quelle espérance à présent ? Vivre ; et aimer, tandis que le cœur s’épuise, un monde fidèle, bien que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2018

Pablo García Baena (1923 -) : Enfant de chœur

  Enfant de chœur   Il baisa en l’enlevant le céleste manteau ; le rochet à dentelles et amidons, frivole et sensoriel comme un jupon, fut béatement plié sur le porte-serviettes. Le cordon une fois dénoué, la soutane noire à boutonnière carminée tomba à ses pieds comme une bannière vaincue. Et glissait une ancienne odeur de salve, de mois de mai, de motets angéliques de ces choeurs grégaires du samedi. Il se vit tout nu devant le miroir brume, tel un chandelier de blé, l’enfant de chœur blond, en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2018

José Hierro (1922- 2002) : Enfant / Niño

  Enfant   Roi d’un chant de blé, d’une rivière, d’une vigne : ainsi devra-t-il se rêver. Et libre. Maître de soi, bûcher perpétuel où brûle la bûche de la vérité. Et que l’amour l’enserre.   Il voudra monter jusqu’à voir le ciel apposer des formes claires sur le bronze de son rêve. Les ailes font défaut. Il se blessera dans son effort, et fondra en larmes sur son front d’enfant.   Et il apprendra la vérité. Le chant mourra dans sa gorge rouge, rouge de cette frayeur qui entend et qui voit,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2018

José Gutiérrez (1955 -) : Paysage varié de l’amour / Vario paisaje del amor

  Paysage varié de l’amour   Durant ma jeunesse je fus différents paysages : fontaine contre ton jeune bras, arbre où l’oiseau niche, parfum d’une fleur qui un jour t’enivra, oiseau comme une flèche vers une poitrine très douce.   Poisson je fus dans tes eaux, et maintenant que tu surgis dans ma mémoire, je suis une étoile qui noue tes espaces.   Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet In, " Poésie espagnole, anthologie 1945 – 1990" Actes Sud / Edition Unesco,1995 Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2018

Jean de La Croix / Juan de La Cruz (1542 – 1591) : Cantique spirituel / Cántico espiritual

      Cantique spirituel Strophes échangées par l’âme et l’Epoux.                                 I                           L’EPOUSE           Où t’es-tu caché Aimé me laissant en gémissant ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2017

Federico Garcia Lorca (1898 – 1936) : Chanson du cavalier / Canción de Jinete

  Chanson du cavalier     Cordoue Lointaine et solitaire.   Cheval noir, grande lune, Des olives en ma sacoche. Bien que j’en sache les chemins Jamais je n’atteindrai Cordoue.   Par la plaine, par le vent Cheval noir, lune rouge. La mort est là me regardant Du haut des tours de Cordoue.   Ah ! qu’il est long le chemin. Ah ! mon valeureux cheval. Dire que la mort m’attend Sur la route Cordoue.   Cordoue Lointaine et solitaire.   Traduit de l’ espagnol par... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :