Le bar à poèmes

19 janvier 2022

Lawrence Ferlinghetti (1919 -2021) : Un Coney Island de l’esprit (7 – 15) / A Coney Island of the mind (7 – 15)

Ferlinghetti[1]

 

Un Coney Island de l’esprit (7 – 15)

 

7

Qu’est-ce qu’elle pourrait bien dire à son fidèle nounours

et quoi dire à son frère

et quoi dire

                                    à ce garçon aux pieds futurs

et quoi dire à sa mère

après s’être roulée par terre ivre

                                                parmi les fleurs qui penchent

     sur la chaude rive du fleuve

                    où les fougères dépérissaient dans l’air brisé

                                 du souffle de son amant

     où les oiseaux devenus fous

                                       se jetaient du haut des arbres

pour goûter encore chaudes sur le sol

                                             les graines du sperme épandu

 

8

          Ce jour-là dans le Golden Gate-Park

                                          un homme et une femme s’avançaient

               sur l’énorme pelouse

                                                        qui était la pelouse du monde

il portait des bretelles vertes

                                                                            et dans une main

                                                      une vielle flûte toute usée          

            pendant que sa femme avait une grappe de raisins

                                                            dont elle donnait les grains                                                                                        

                                                                                        un par un

                                                            à plusieurs écureuils

                                                                        comme s’ils étaient

                                                                chacun une petite blague

 

    Et puis les deux se sont encore avancés

                                               sur l’énorme pelouse

qui était la pelouse du monde

                                                         et puis

                             à un point très tranquille où les arbres rêvaient

                         et semblaient depuis la nuit des temps les avoir

                                                                                                  attendus

                               ils s’assirent ensemble sur l’herbe

                                                            sans se regarder

                                      et mangèrent des oranges

                                                            sans se regarder

                                                                        et déposèrent les pelures

                                                dans un panier que semblai-il

                                                                      ils avaient apporté exprès

                                                            sans se regarder

 

Et puis

                                il ôta sa chemise et son débardeur

                           mais garda son chapeau

                                                           un peu de travers

                                                                                  et sans rien dire

                                    il s’endormit dessous

                                                              Et sa femme resta à regarder

les oiseaux qui volaient alentours

     s’interpellant

                                  dans l’air immobile

            comme s’ils interrogeaient l’existence même

                        ou tentaient de se rappeler quelque chose d’oublié

 

Mais finalement

                       elle aussi s’allongea

                                                        et demeura à regarder en l’air

                                                                           rien en particulier

                    tout en tripotant la vieille flûte

                                                                dont personne n’avait joué

                           et finalement elle posa les yeux

                                                                   sur lui

                     sans aucune expression particulière

                                                                   sinon un certain air affreux

                                     de dépression profonde

 

9

Voyez

      ça s’est passé comme ça

                                 on est entré à pas de valse dans ce bouge

où une poignée de fêtards

                          dansaient le two-step Aztèque

 

Et là j’dis

                 On y va mon pote

mais voilà que cette poule

                            arrive derrière moi

                                              en disant

                            toi et moi nous pourrions exister pour de bon

 

Ouah j’dis

                 Mais bon le lendemain

                       elle a les dents pourries

                              et en plus elle n’aime pas

                                                                 la poésie

 

10

                Je n’ai pas passé ma vie couché auprès de la beauté

                           à me répéter sans fin

                                                ses charmes les plus galvaudés

 

           Je n’ai pas passé ma vie couché auprès de la beauté

                                                       ni menti de concert avec elle

                           à me répéter sans fin

                                                que la beauté ne meurt jamais

                                  et qu’elle repose à l’écart

                                                parmi les aborigènes

                                                                                    de l’art

                                    et bien au-dessus des champs de bataille

                                                                                    de l’amour

 

                 Elle est au-dessus de tout cela

                                            oh oui

                  elle est assise sur les meilleurs

                                                        trônes

     là haut où se réunissent les directeurs artistiques

pour choisir les candidats à l’immortalité

                                                   Et ils ont passé leur vie couchés

                                       auprès de la beauté  

                                                                       alimentés de nectar

         buvant les vins du Paradis

                                                       et donc ils savent exactement

              qu’une chose belle est une joie

pour les siècles des siècles

                                            et que jamais au grand jamais

                  elle ne peut s’évanouir

                                    dans un néant de pertes financières

 

  Oh non je ne me suis pas vautré

                            comme eux sur les Matelas de la Beauté

         sans oser me lever la nuit

                                          de peur de rater

le moindre mouvement de la beauté

       Pourtant j’ai couché avec la beauté

                                                   à ma drôle de manière

et j’ai fait quelques scènes passionnées

                                                         avec la beauté de mon lit

er versé un poème ou deux

                                                          sur ce monde à la Bosch

 

11

  Le désert blessé de Morris Graves

        n’est pas l’ouest sauvage

                                           que l’homme blanc avait découvert

c’est une terre ou Bouddha est venu

                                                depuis une autre direction

     c’est un nid blanc sauvage

                                au pôle nord

                                                                       de l’introspection

          où les « faucons de l’œil intérieur »

                                                                   plongent et meurent

revoyant dans leur chute fatale

                             tous les souvenirs

                                        d’une vie

      et traçant sur le ciel de plomb

                                     d’un grave coup d’aile à la craie

mille images entrelacées

                                             de vols

 

C’est la nuit l’« habitat naturel »

     de ces oiseaux-esprits aux ailes saignées à blanc

          de ces vols de pluviers

                                de gypaètes barbus

                                                d’oiseaux qui chantent aveugles

                                                            dans des champs de verre

     ces cygnes lunatiques et ces jars extasiés

                                                             aigrettes prises au piège

                                                  hiboux anthracite

                                                  symbole de tortue trottinante

  ces poissons roses dans la montagne

                                                  pies-grièche en quête d’un  nid

                        faux-bourdons

                                                  s’accouplant dans l’air

         parmi les lunes hallucinées

 

Et un oiseau masqué qui pêche

                                         dans un torrent doré

     et un ibis qui tête

                                     « à son propre sein »

         et un Pooka sauvage du Connemara

                                                         (grandeur nature)

 

Puis ces oiseaux muets soufflés par le vent

                      qui portent du poisson et des messages en papier

     entre deux ruisseaux

                                qui sont les fleuves jumeaux

                                                                            de l’oubli

         ou l’imagination

                                               retournant sur elle-même

                son regard blanc électrique

                                               se retrouve toujours aussi folle

                             et dénutrie

                                             parmi les hébrides

 

12

« Un de ces tableaux qui ne veulent pas mourir »

           son image belliqueuse

                                      une fois conçue

                ne décollait pas

                                      de sa base plombée

     et pourtant combien de fois

                                                 l’avait-il repoussé

                                                                        dans l’oubli

 

Inutile de peindre par-dessus

                     il resurgissait toujours

                                                                    par le bois de la toile

     et émergeant il lui criait

                                                          de terribles berceuses

           où dans chaque lit une tombe

                                     minée de réveils-matin fantomatiques

                         beuglait horriblement

                                                       sur les amants et les dormeurs

 

13

Non comme Dante

                     découvrant une commedia

                                                    sur les versants du paradis

 

c’est d’une autre sorte que je peindrais

                                           ce Paradiso

où les gens seraient nus

                                                comme ils le sont toujours

                                                                  dans ce genre de décor

                                                parce qu’il s’agit

                                                          de peindre leur âme

mais il n’y aurait pas d’anges anxieux pour leur dire

                           que l’Eden est

                                                 l’image même

                                                                         d’une monarchie

                      et aucun feu ne brûlerait

                                               dans les trous infernaux dessous

                                     où j’aurais pu trébucher

                           et dans le ciel nul autel rien

                                                 que des fontaines d’imagination

 

14

Ne laisse pas le cheval

                                manger ce violon

 

     criait la mère de Chagall

 

Mais lui

il continuait  quand même

à peindre

 

Et il est devenu célèbre

 

Et il a continué à peindre

                                      Le Cheval Avec Un Violon Dans la Bouche

 

Et quand il a fini par le finir

il a sauté sur le cheval

                                                    et s’en est allé

                en agitant le violon

 

Puis s’inclinant très bas il l’a donné

au premier nu dévêtu qu’il a rencontré

 

Désencordé

                                           en toute liberté

 

15

        Au risque constant de l’absurdité

                                                         et de la mort

                   dès qu’il lit

                                                     par-dessus les têtes

                                                                         de son public

 

     le poète comme un acrobate

                                     escalade la rime

                                                    sur une corde raide de sa façon

en équilibre sur les regards

                                          surplombant une mer de visages

                  il avance à son rythme

                                       d’un bout à l’autre de la journée

             avec des entrechats

                                             des tours de passe-pied

       et autres coups de théâtre

                                           et cependant sans jamais prendre

                                les choses                                               

                                               pour ce qu’elles ne sont pas

 

           Car il est super réaliste

                                            et doit à toute force percevoir

                        la dure vérité

                                   avant tout vers avant chaque pas

        dans son avancée supposée

                                            vers ce perchoir toujours plus haut

où la Beauté attend

                                    gravement

                                                             de faire le saut de l’ange

 

         Et lui

                      petit homme à la charlie chaplin

                                                       il attrapera ou non

                           sa forme éternelle et diaphane

                                                 les ailes déployées dans l’air vide

                                de l’existence

 

Traduit de l’anglais par Marianne Costa

In, Lawrence Ferlinghetti : « A Coney Island of the mind & autres poèmes »

Maelström éditions, Bruxelles (Belgique), 2008

 

Du même auteur : Un Coney Island de l’esprit (1 – 6) / A Coney Island of the mind (1 – 6) (19/01/2021)

 

 

 

A Coney Island of the mind (7 – 15)

 

7

What could she say to the fantastic foolybear

and what could she say to brother

and what could she say

                                     to the cat with future feet

and what could she say to mother

after that time the she lay lush

                                                among the lolly flowers

       on that hot riverbank

                  where ferns fell away in the broken air

                                of the breath of her lover

      and birds went mad

                                     and threw themselves from trees

to taste still hot upon the ground

                                                    the spilled sperm seed.

 

8

         In Golden gate Park that day

                                                     a man and his wife were coming along

           thru the enormous meadow

                                                      which was the meadow of the world

He was wearing green suspenders

                                                      and carrying an old beat-up flute

                                                                                                 in one hand

     while his wife had a bunch of grapes

                                                       which she kept handing out

                                                                                              individually

                                                               to various squirrels

                                                                                               as if each

                                                                      were a little joke

 

     And then the tow of them came on

                                                   thru the enormous meadow

which was the meadow of the world

                                                          and then

                 at a very still spot where the trees dreamed

             and seemed to have been waiting thru all time

                                                                                               for them

               they sat down together on the grass

                                                              without looking at each other

                    and ate oranges

                                          without looking at each other

                                                                                 and put the peels

                in a basket which they seemed

                                                                 to have brought for that purpose

                    without looking at each other

 

And then

             he took his shirt and undershirt off

        but kept his hat on

                                      sideways

                                                     and without saying anything

              fell asleep under it

                                            And his wife just sat there looking

at the birds which flew about

      calling to each other

                                      in the stilly air

as if they were questioning existence

                                or trying to recall something forgotten

 

But then finally

                    she too lay down flat

                                                   and just lay there looking up

                                                                                     at nothing

               yet fingering the old flute

                                                         which nobody played

                    and finally looking over

                                                          at him

           without any particular expression

                                                          except a certain awful look

                    of terrible depression

 

9

See

      it was like this when

                                  we waltz into this place

a couple of far out cats

                               is doing an Aztec two-step

 

And I says

                 Dad let’s cut

but then this dame

                       comes up behind me see

                                        and says

                            You and me could really exist

 

Wow I says

                   Only the next day

                        she has bad teeth

                                  and really hates

                                                           poetry

 

10 

                       I have not lain with beauty all my life    

                              telling over to myself

                                                        its most rife charms

 

   I have not lain with beauty all my life

                                                  and lied with it as well

                  telling over to myself

                                       how beauty never dies

                     but lies apart

                                    among the aborigines

                                                                     of art

                        and far above the battlefields

                                                                     of love


             It is above all that

                                         oh yes

       It sits upon the choicest of

                                                 Church seats

   up there where art directors meet

to choose the things for immortality

                                                         And they have lain with beauty

                                   all their lives

                                                   And they have fed on honeydew

            and drunk the wines of Paradise

                                                               so that they know exactly how

                  a thing of beauty is a joy

                        forever and forever

                                                       and how it never never

                               quite can fade

                                                     into a money-losing nothingness

 

   Oh no I have not lain

                                      on Beauty Rests like this

          afraid to rise at night

                                      for fear that I might somehow miss

some movement beauty might have made

 

      Yet I have slept with beauty

                                                  in my own weird way

and I have made a hungry scene or two

                                                              with beauty in my bed

    and so spilled out another poem or two

        and so spilled out another poem or two

                                                               upon the Bosch-like world

 

   

11

     The wounded wilderness of Morris Graves

           is not the same wild west

                                                   the white man found

It is a land that Buddha came upon

                                              from a different direction

    It is a wild white nest

                               in the true mad north

                                                                of introspection

            where ‘falcons of the inner eye’

                                                              dive and die

                      glimpsing in their dying fall

                                                  all life’s memory

                                                                of existence

               and with grave chalk wing

                                                draw upon the leaded sky

     a thousand threaded images

                                                 of flight

 

It is the night that is their ‘native habitat’

   these ‘spirit birds’ with bled white wings

            these droves of plover

                                bearded eagles

                                            blind birds singing

                                                             in glass fields

  these moonmad swans and ecstatic ganders

                                                                       trapped egrets

                                                   charcoal owls

                                                                      trotting turtle symbols

these pink fish among mountains

                                                     shrikes seeking to nest

                     whitebone drones

                                                 mating in air

          among hallucinary moons

 And a masked bird fishing

                                           in a golden stream

       and an ibis feeding

                                     ‘on its own breast’

             and a stray Connemara Pooka

                                                              (life size)

 

And then those blown mute birds

                                            bearing fish and paper messages

       between two streams

                                  which are the twin streams

                                                                           of oblivion

            wherein the imagination

                                              turning upon itself

               with white electric vision

                                             refinds itself still mad

                                and unfed

                                                among the hebrides

 

  12


  ‘One of those paintings that would not die’

        its warring image

                                    once conceived

           would not leave

                                     the leaded ground

    no matter how many times

                                              he hounded it

                                                                    into oblivion

 

Painting over it did no good

             It kept on coming through

                                                      the wood and canvas

     and as it came it cried at him

                                                   a terrible bedtime song

         wherein each bed a grave

                                                 mined with unearthly alarmclocks

                         hollered horribly

 

                                                   for lovers and sleepers 

 

    13

Not like Dante

                      discovering a commedia

                                                         upon the slopes of heaven

 

I would paint a different kind

                                           of Paradiso

in which the people would be naked

                                              as they always are

                                                                     in scenes like that

                                             because it is supposed to be

                                                                  a painting of their souls

but there would be no anxious angels telling them

                       how heaven is

                                            the perfect picture of

                                                                         a monarchy

                     and there would be no fires burning

                                           in the hellish holes below

                             in which I might have stepped

                    nor any altars in the sky except

                                                                fountains of imagination

 

    14

Don’t let that horse

                               eat that violin

 

     cried Chagall’s mother

 

                                         But he

                     kept right on

                                         painting

 

And became famous 

And kept on painting

                                 The Horse With Violin In Mouth

And when he finally finished it

he jumped up upon the horse

                                              and rode away

               waving the violin

 

And then with a low bow gave it

to the first naked nude he ran across

 

And there were no strings

                                         attached

 

      15

         Constantly risking absurdity

                                                      and death

                   whenever he performs

                                                     above the heads

                                                                           of his audience

 

      the poet like an acrobat

                                     climbs on rime

                                               to a high wire of his own making

and balancing on eyebeams

                                             above a sea of faces

                paces his way

                                    to the other side of day

       performing entrechats

                                      and sleight-of-foot tricks

   and other high theatrics

                                     and all without mistaking

                      any thing

                                    for what it may not be

 

          For he’s the super realist

                                        who must perforce perceive

                        taut truth

                                      before the taking of each stance or step

   in his supposed advance

                                        toward that still higher perch

where Beauty stands and waits

 

                                           with gravity

                                                       to start her death-defying leap

 

           And he

                     a little charleychaplin man

                                                   who may or may not catch

                       her fair eternal form

                                               spreadeagled in the empty air

                            of existence

 

 

A Coney Island of the mind

City Lights Booksellers & Publishers, San Francisco (USA),1958

Poème précédent en anglais :

Emily Jane Brontë : Brouillard léger sur la colline / Mild the mist upon the hill ‘06/01/2022)

Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 janvier 2022

René - Guy Cadou (1920 – 1951) : La Haie Longue : 1km

cadou1[1]Portrait de René Guy Cadou, par Smoka (7m. sur 7),  Louisfert (Loire-Atlantique)

 

La Haie Longue : 1 Km

 

Toi dont la jambe traîne un peu comme une brume (1)

D’été et comme si la douleur te tirait

Lentement vers la terre ô compagnon que j’ai

Choisi pour les yeux, enfin voici que s’allume

 

Toute ma vie et que je vois l’éternité

Pareille à ce pays mouvant où tu t’enfonces

Avec ta jambe un peu trop lasse dans l’été

Sous les sourcils trop bleus de la nuit qui se froncent

 

Ils marchent près de nous les amis de haut bord,

Grands couturiers de la saison, veneurs des villes

Eteintes, des couchants désolés, vers le port

Au pavillon de clair soleil inaccessible

 

Entre nous deux celle que j’aime et que tu prends

Pour un pommier sauvage, et toujours aussi belle

La poésie comme une graine dans le vent

Qui s’ouvre et se referme aux battements des ailes

 

Des maisons sont couchées sur des enfances basses

Pleines de géraniums et de bouquets chanteurs

Au creux de la vallée ce sont les trains qui passent

Et le convoi des solitudes sans chaleur

 

Mais près d’ici la bonne auberge, la tonnelle

Où volètent les mains fluviales les prénoms

Aimés ; et sur la table ronde qui chancelle

un verre vide avec des larmes dans le fond.

 

(1) Il s’agit du poète Michel Manoll, qui claudiquait

 

 

Hélène ou le règne végétal

Pierre Seghers éditeur, 1951

Du même auteur :

« La nuit ! la nuit surtout… » (18/01/2014)

« Je t'attendais ainsi qu'on attend les navires… » (18/01/2015)

Les visages de solitude (18/01/2016)

Hélène (18/01/2017)

Celui qui entre par hasard (18/01/2018)

L’inutile aurore (18/01//2019)

Cornet d’adieu (18/01/2020)

La maison d’Hélène (18/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2022

Jean de La Fontaine (1621 – 1695) : Le lion et le rat / La colombe et la fourmi

smo32120[1]

 

Le lion et le rat

La colombe et la fourmi

 


Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde :

On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

De cette vérité deux Fables feront foi,

              Tant la chose en preuves abonde.

              Entre les pattes d'un Lion

Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie.

Le Roi des animaux, en cette occasion,

Montra ce qu'il était, et lui donna la vie.

              Ce bienfait ne fut pas perdu.

              Quelqu'un aurait-il jamais cru

              Qu'un Lion d'un Rat eût affaire ?

Cependant il avint qu'au sortir des forêts

              Ce Lion fut pris dans des rets,

Dont ses rugissements ne le purent défaire.

Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents

Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.

              Patience et longueur de temps

              Font plus que force ni que rage.

 


L'autre exemple est tiré d'animaux plus petits.

Le long d'un clair ruisseau buvait une Colombe,

Quand sur l'eau se penchant une Fourmis y tombe ;

Et dans cet Océan l'on eût vu la Fourmi

S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive.

La Colombe aussitôt usa de charité ;

Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté,

Ce fut un promontoire où la Fourmis arrive.

              Elle se sauve ; et là-dessus

Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.

Ce Croquant par hasard avait une arbalète.

              Dès qu'il voit l'Oiseau de Vénus,

Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.

Tandis qu'à le tuer mon Villageois s'apprête,

              La Fourmi le pique au talon.

              Le Vilain retourne la tête.

La Colombe l'entend, part, et tire de long.

Le soupé du Croquant avec elle s'envole :

              Point de Pigeon pour une obole.

 

Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine

A Paris, chez Claude Barbin,1678

Du même auteur :

Les deux pigeons (17/01/2016)

La mort et le bûcheron (17/01/2017)

Le loup et le chien (17/01/2018)

Les obsèques de la lionne (17/01/2019)

Le savetier et le Financier (17/01/2020)

Le loup et l’agneau (05/07/2020)

Le héron , la fille (17/01/2021)

Le corbeau et le renard (05/07/2021)

 

Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2022

Philippe Soupault (1897 – 1990) : « La nuit est devant moi... »

thumb_large[1]Photo de Man Ray.Négatif gélatino-argentique sur support souple, vers 1924. Centre Pompidou, Paris

 

La nuit est devant moi

et j’attends encore

Un jour et cette heure

où je pourrais  ouvrir les yeux

où je pourrais te donner

ce qui est à toi

La nuit noire plus noire que le ciel

cette nuit que je ne puis vaincre

cette nuit qui est tienne

c’est l’attente de l’aube

de ton aube

Je baisse la tête et j’attends

je ne sais plus qu’attendre

t’attendre

aube

mon aube

La nuit profonde infinie

est en moi

et tu es cette lueur immense

cet incendie

cette joie

que la nuit ne peut éteindre

 

 

Poésies complètes, 1917 – 1937

Guy Lévis Mano éditeur, 1937

Du même auteur :

Georgia (16/01/2014)

Est-ce le vent (16/01/2015)  

Westwego (16/01/2016)

« Est-ce le soleil qui se couche… » (16/01/2017)

« Sous les arbres mauves… » (16/01/2018)

« Rien que cette lumière ... »  (16/01/2019)

Rien (16/01/2020)

Message de l’île déserte (1942 -1944) (15/01/2021)

 

Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2022

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : La pure clarté

images[1]

 

La pure clarté

Air : « Lavant les sables du ruisseau »

 

Dans les ruelles au printemps les tendres pêchers crachent leur éclat vermeil.

Premier essai des habits de saison, légers et de soie fine.

Dans la douce brise et la brume tiède les hirondelles forment leur nid

 

Dans les courettes demeurent déroulés et délaissés les stores de bambou marbré,

Dans ma chambre, séquestrée derrière la porte rouge fermée d’une longue barre.

Atmosphère agaçante, voilà encore la fête de la Pure Clarté !

 

 

Traduit du chinois par Stéphane Feuillas

in, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade), 2015

De la même autrice :

Sur l’air « Sheng tsa tse » (15/01/2017)

Touchée par les paroles d’un fermier pendant les chaleurs sèches (15/01/2018)

En regardant voler les couples d’hirondelles (15/01/2019)

Plainte vernale (15/01/2020)

Promenade au lac un jour d’été (15/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 janvier 2022

Yves Prié (1959 -) : Passage des amers

59094772[1]

 

Passage des amers

 

Le paysage ne fait pas la mélodie

mais il donne le ton.

André SUARES

 

Je ne sais rien

De la mer et de ses îles

 

Sont-elles passages

Pour un ailleurs que le vent ouvre

Au gré des courants

 

 

 

Le paysage hésite entre ombre et lumière. Il y

aura toujours un espoir errant sur le monde

 – une longue phrase guettant son écoute –

le temps passe et épuise notre attente. Mais,

ce soir, l’horizon est posé, là, familier, dans le

couchant, le vent est immobile dans la trans-

parence de l’eau. Le silence capte la lumière ;

j’apprends la mer, ses assauts qui brûlent la

pierre.

 

 

 

Remous entre ciel et terre

Une vague assaille l’horizon

Sa crête un instant

Ronge l’air

 

 

 

Ferons-nous le compte des heures

Passées à fixer l’horizon

 

Il y a trop de pierres

Trop de vagues

 

Nous nous étonnons de ce monde

Suspendu à l’hésitation d’une falaise

 

Son existence est figée dans le vide où

Terre et mer s’ignorent

 

Ce soir

A son flan un arbre consume le couchant

 

 

 

Au cœur de la nuit nous connaissons le doute,

l’aspiration des grands fonds ; elle inhale la

senteur des remous, nous touchons la pourriture

des déchets. Le monde claudique, heurte les

falaises, arrache la pierre comme le réprouvé ses

haillons. Il n’y a plus d’horizon. Seulement la

boue des cauchemars recouvrant la peau du

sommeil.

 

 

 

Il y a un feu sur le rivage – vestige des naufrageurs

ou appel au retour ? Sa flamme use l’air et tient

la nuit en éveil. Le voyage touche à sa fin, qu’en

restera-t-il ? Tu auras rapproché d’autres marges

et appris à reconnaître le visage de l’homme.

Tu te souviendras de l’exilé essayant de sauver

du crépuscule l’ombre de ses enfances ; étrange le

chant ainsi enfanté dans les vanités de l’histoire.

Où va le sable s’échappant de la main ?

 

 

 

J’approche mot à mot

Un horizon inconnu

 

Ce n’est que le temps qui heurte le hublot

 

Un bref répit entre

Marée et crépuscule

Entre écume et brume de mer

 

Passager précaire

Je devine la houle du rivage

 

 

 

Une mouette dessine l’horizon, son vol immo-

bilise l’instant. Que savons-nous du temps

qu’allonge le retournement du sablier, du

regard égaré dans le taillis brisé de la beauté ?

Nous sommes ce point dans l’espace, fil tendu

sur l’abrupt des falaises.

 

De nos folies subsistera-t-il l’écaille des nuits ?

 

 

 

Un feu là-bas

A la limite du regard

 

Nous ne sommes qu’une île

Sur la frange du temps

 

Recousant les rives de la mémoire

Remuant fonds et sillons

 

Dispersés dans l’infini du regard

Lueurs éphémères

 

 

 

Il nous reste de ce passage l’image d’un bel

automne, d’un feu consumant les dernières

miettes du jour. Nous avons confié à nos

regards aveugles les frontières qui inquiètent

nos veilles. La nuit ne nous protègera plus ;

nous naviguons dans le doute, l’absence des

rivages. Quelque part la certitude d’un havre

nous attend, pour l’heure contentons-nous de

la promesse des cartes établies une fois pour

toutes comme seules limites à nos errances.

 

 

 

Personne ne se souviendra de tes mots. Ta voix

s’évanouit dans l’eau, elle ne restera qu’une

vibration frôlant la pointe d’un rocher, comme

une incision sur la pointe de l’air. Rien de grave

dira la radio marine, juste un écho sur les écrans.

 

 

Carnets de l’Île et autres poèmes

Editions Rougerie, 87220, Mortemart,2021

Du même auteur :

Esquisses pour un hiver (09/03/2016) 

Glanes (10/03/2017)

« Ce fut une longue attente… » (10/03/2018)

« Que nous soient rendues... » (14/01/2020)

« Fumées lentes sous la nuit... » (14/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2022

Jean / Hans Arp (1887 - 1966) : Cuis-moi un tonnerre

b2ap3_thumbnail_0be2f58701f44b2d0a80baff9d3a2731[1]

 

Cuis-moi un tonnerre

 

Arrose-moi la lune.

Brosse-moi les dents de mes échelles.

Transporte-moi dans ta valise de chair sur mon toit d’os

Cuis-moi un tonnerre.

Enferme-moi les tremblements de terre dans une cage

et cueille-moi un bouquet d’éclairs.

Coupe-toi en deux et mange une de ces moitiés.

Ejacule-toi en l’air plus fier que les jets d’eau de Versailles.

Brûle-toi roule-toi en boule.

Sois une boule au rire archaïque

qui roule autour d’une pilule.

Tire toutes tes langues aux roses.

Donne tes langues aux doux rhinocé-roses.

Rata-toi en ratatouille.

Grenouille-toi en grenouille.

Appose-moi en signature sous ma lettre.

 

Le Voilier dans la forêt

Louis Broder éditeur, 1957

Du même auteur :

Place blanche (13/01/2019)

Joie noire (13/01/2020)

Quatre poèmes (13/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2022

Wojciech Marek Darski (1958 -) : Le pêcheur

loadimg[1]Octobre 2015. Radio Olsztyn

 

Le pêcheur

 

J’ai dit,

Ecoute, je connais le Dieu véritable,

il habite dans une grande ville

pleine de néons, de femmes, et d’autres merveilles.

Son sang bat dans les veines des rues

sur lesquelles il veille. Il a des horloges dans les yeux.

Et son souffle est la musique qui résonne,

puissante, dans les salles de concert,

parle à ma place, parce que je suis le fils de l’homme.

Viens avec moi chercher le royaume !

Mais il n’enleva pas les mains des filets,

il leva seulement les yeux bleus du ciel,

plus haut,

et regarda encore en silence

le vol clair de la mouette tournant dans l’espace

à sa portée.

Quand il chantait des psaumes,

avec les poissons moribonds dans les barques,

c’est lui qui m’a repêché.

Autrefois, dans la nuit, il vint vers moi par les vagues,

et ses pas découvraient dans l’abîme

les étoiles que je ne connaissais pas.

 

Borussia, 1995

 

Traduit du polonais par Frédérique Laurent

In, « Terra Nullius. Une anthologie de la poésie polonaise

contemporaine de Varmie et Mazurie »

Editions Folle Avoine, 35137 Bédée, 2004

Du même auteur :

Gizycko – Arrivée 5.40 (13/02/2016)

Carte postale de Mazurie. Destinataire inconnu (02/02/2017)

 Mazurie paysage d’automne en arrière-plan (12/01/2020)

Au bord de la Krutynia (12/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2022

Danielle Collobert (1940 – 1978) : « déraper dans les souvenirs... »

 

images[1]

 

déraper dans des souvenirs de pluie le long des docks sur les quais – sur la ville

- ou sur les terres rases – les dunes – en bordure de mer – des mots bien

consistants – là – chargés d’images – lourds comme des bateaux pleins – des

mots- clefs – pour ouvrir des paysages – des départs -  et d’autres souvenirs –

avec des mots pour les visages – les mains – un corps -  vieilli souvent -  le

prochain – bientôt – leurs corps – leurs regards – des mots ouvrants

 

 

Dire : I-II 

Seghers / Laffont, Editeurs, 1972

De la même autrice : 

Là-ramassé (07/08/2016)

« reprendre... » (11/01/2020)

« Corps là... » (11/01/2021)

Posté par bernard22 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2022

Henry Bauchau (1913 – 2012) : La Chine intérieure

h-bauchau[1]

 

La Chine intérieure

 

                                                                                                                        Pour L.

                                                                                   La Création ...n’a pas consisté à s’étendre

                                                                                                                           mais à se retirer                                                                                                                                                                                          

                                                                                                           SIMONE WEIL

 

                                                                                   Le vrai miracle est de marcher

                                                                                                                               sur la terre

                                                                                                             HOUEÏ-NENG

 

LE PETIT JOUR

A museau gris de musaraigne, la neige mince de janvier

La neige a dénoué ses paumes et tombe sur le point du jour

Où je m’éveille sur le seuil, dans la position des gisants

Dont les noms de gloire et d’oubli, lorsque je les lis sur leurs tombes, ne me

     rappellent presque rien.

Je regarde mon âge, je regarde la neige, je ne regarde rien

Je me souviens du cimetière sur la pente au-dessus de la baie

Et de l’église qui abritait les morts avec sa longue échine usée.

Tu es assis sur le mur de pierre, tu regardes Dominique marcher entre les

     tombes avec Jacque et tu vois

Un pays où les Saintes Femmes, naviguant dans une auge de pierre, peuvent

     être un matin amenées par le flux

Portant un morceau de la croix et parlant avec un certain désordre aux pêcheurs

     qui les aident à descendre

Du Christ, de la promesse et de leur voyage sur la mer et dans ce pays

     d’aventure.

Près d’elles se tient un homme étourdi par le vent, le sel et ce mouvement de

     paroles

Qui les interrompt parfois pour ajouter une précision et demander s’il est

     possible

De louer une barque ou un atelier, car il connaît plusieurs métiers et son souci

Est de pêcher en mer et de tailler le bois afin de nourrir les femmes

Pendant qu’elles prieront le Seigneur ou parleront de Lui à ces gens d’ici qui

     ont l’air honnête.

Il est beau d’entendre parler Dieu, d’être nourri par la parole et par les anges

     sur les gouffres de l’océan

Mais il n’est pas d’avis de prolonger le miracle, il sait que le temps est venu

De reprendre l’outil et d’avancer l’ouvrage.

Tu regardes la neige qui a les mains ouvertes des Saintes Femmes

Son souffle entre dans tes poumons, ton corps

Se réjouit et se lance vers sa sœur innombrable.

 

Je suis dans le long jour d’été, dans la lumière décroissante au-dessus de la mer

Mes mains palpent le sol ancien, les hommes des millénaires

Ont peu à peu creusé cette forme intérieure, ce lieu où je me tiens pour mon

     temps d’ignorance.

Je regardais la mer, je regarde la neige, je ne regarde rien

Et je vois Dominique au milieu des tombes avec Jacques le Majeur, celui qui

     enseigne et qui sait

Qu’il sera Jacques le Mineur, celui qui ausculte et qui sonde.

Aussi la neige dans les branchages du pommier sous la couronne d’anthracite,

     invente un Christ aux cheveux blancs

Et dans le point du jour où j’aurai soixante ans, j’entre dans ma saison

     d’humilité cependant que les sapinières

Sont célébrées par les épaules dans leurs manteaux de Templiers.

Que j’ai aimé la gloire des corps ! Non point trop, Seigneurs, écoutez

Un beau conte d’amour et de mort, le chant réel

De l’existence imaginaire où la journée bretonne

Et son incertaine assomption dans l’auge de pierre et de sel

Où l’apparition des Saintes Femmes dans cet anniversaire de nuage

N’ont que de faibles liens avec le parcours aveuglé de ma vie.

A longs pas de muettes attendues tout le mois, la neige au ventre d’hirondelle

La neige a traversé ma nuit, elle tombe pour de très longs jours

Et dans la chétive lumière, entre la neige et le flocon

On voit qu’il n’y a rien, aucune forme de passage.

Les flocons cherchent, les flocons voient la forme originelle.

La neige étend son giboyeux poème. Assemblée de flocons

La neige ne peut rien sans toi, mais ne te prends pas pour la neige.

 

LE CŒUR GRIS

Aveugle par félicité, as-tu fait provision de rêves cette nuit

Ô neige insuffisante à mon insuffisance

Où je m’éveille le cœur gris et le plus pauvre de matière

Le plus gauche, le plus transi de ceux qui sont dans la charnière.

Sur le léger tissu de neige du balcon, la mésange dessine

Les tranches des Béatitudes que Mérence coupait dans le pain matinal

Et les oncles disaient en les voyant si fines : On peu voir son âme au travers.

La neige avait alors ses paumes de soucis et Mérence riait

De ce rire qui te transperce encore, un peu fêlé.

Elle qui souriait avec tant de gaieté, de son sourire de fétu, du sourire affuté

     de la femme ouvrière.

Pourquoi le rire est-il éteint par l’imperceptible fissure et par le haussement à

     peine de l’épaule

Qui disait : C’est ainsi, il n’y a pas de quoi pleurer.

Enfant, tu préférais te battre. Aujourd’hui tu n’as plus d’autre arme

Que ces poèmes de papier, mais les autres n’en ont pas plus.

 

Tu revois dans la neige l’écriture des fées, tu contemples un ballet d’oiseaux

La gorge rouge du bouvreuil illumine au milieu des gris

Le fin plumage de l’épouse et le léger essoufflement des couleurs de Mérence.

Elle qui soutenait la foi, son espérance était troublée

Par la souffrance des bêtes, des pauvres, des enfants

Qui faisait que l’honneur de Dieu

Semblait si différent du nôtre.

 

LEGENDAIRE

La neige tombe sur vos gares, locomotives légendaires

Où la vapeur prophétisait en traits de cuivre et de charbon

L’éclat de rire de Lénine, le visage humain et rusé, dans l’obliquité de l’hiver

De qui connaît ses ennemis. Le Christ les connaissait aussi

Ce qui s’est usé, ce qui manque, c’est son rire qu’on n’entend plus.

Le peuple a droit

A sa colonne de vertèbres

Et sans crainte ni présomption à l’existence verticale.

 

L’ATTENTIVE

Dans la maison de mes vertèbres, l’attentive du cœur,

Jour après jour, écouter murmurer cet homme des charnières

Qui est connu pourtant et bien-aimé de tout son corps.

Les arbres se sont mis debout avec la pensée vertébrale

Mais ta demeure de matière et ta corporelle entreprise, l’espace vrai

L’espace vif où tu respires, où tu rêves, où tu désires

Où tu es étreint par l’amour, par l’étrange raison et plus étrange le sommeil

L’étendue en toi, l’évidence où tu te mesures au soleil

N’était-ce pas plus sauvage et plus nue que l’âme, plus véridique

Ton enfance énorme et ruinée et ta maison d’inconnaissance avec sa Mérence

     ensablée

Dans la muette architecture, au bord de ce sentier qui s’est perdu dans l’herbe.

 

LES GRANDS INSTITUTEURS

Le scribe accroupi qui s’éveille dans la mémoire

Témoigne de la présence du maître que nous ne voyons plus

Ce temps n’ayant pas d’ouverture pour le voir ni mon esprit de langue

Pour l’entendre et pour le nommer.

A la croisée des désirs du songe et de la nourriture du réel

Je regarde vers l’origine, je regarde le temps des grands instituteurs.

Je me souviens de l’embouchure où l’homme au parapluie troué

Apprend le cours du fleuve Bleu

Par le modeste dialogue

De ses jambes et de ses épaules.

 

ECRIT POUR LE CIEL

Je regarde le sel, je regarde le gel, je ne regarde rien

Et dans la nuit de ma jeunesse, je suis soldat, la guerre est proche.

Tout est ultime, les corps sont déchirants, extrêmes et plus obscurs.

Tu es seul dans la plaine entourée par la lune avec l’amour inexplicable.

Tu écris pour le ciel le nom de Laure en marchant dans la neige

Et tu vois par de brefs dessillements des yeux

L’état où nous serons, où nous sommes, où nous étions depuis toujours.

 

MATIERE DE BRETAGNE

La couleur acharnée de la terre

Sur les bords du jardin de la femme sauvage

L’oiseau de sel et les grands animaux liquides

Se sont perdus dans la mémoire, se sont fondus dans ton histoire et la journée

     d’hortensias bleus

Où ton esprit s’ignore entre le ciel et l’herbe, pour un ruisseau guidé par la

     pente discrète

Qui s’écoule sans ordre et sans continuité

Et de son cours abandonné au fond d’un pré toujours désert.

Tu es assis comme autrefois au vent d’ouest, lorsque la guerre en Flandres

Faisait brûler le nom de Laure, le faisait fondre dans la neige.

Le secret de cette eau sans nom, tu n’as pas su le lire

Le bruit du vent, l’odeur du lierre et la journée que menaçait

Une brume orageuse, ce sont les mots de l’écriture

Ce n’est pas l’eau à petit bruit qui descend dans le val en sautant quelques

     pierres

Vers une ferme blanche ou grise et la futaie de haute taille

Où le roucoulement des ramiers n’évoque plus l’oiseau dans l’été sexuel

Mais dans l’oreille mémoriale le nom de Brocéliande et ses pouvoirs éteints.

1917

 

Plus neuve que la neige est la petite enfance

Avec un angle très obscur, un tournant nécessaire

Corps de Mérence dans le ciel

Moins vrai que son tablier blanc dans le vent des lessives.

Mérence alors, dans la mémoire était si haute, si ancienne

Femme d’écume solitaire, assise entre deux pierres levées.

Quand les Puissances dominaient sur les greniers gris de la mer

La guerre était sans espérance

La guerre était devenue vieille.

 

LE MOUVEMENT DE LA NEIGE

Le mouvement de la neige qui tombe, son léger geste de retrait

C’est l’eau qui s’est rendue visible

C’est ton enfance surprise à l’entrée de la chambre

Où les grandes personnes attendaient en silence.

Cette entreprise du poème qui te barre la vie

Ce mur depuis des mois que tu élèves pour l’abattre

C’est le bélier qui va casser ton chant d’aveugle

Et dans l’infirme oreille

Briser les tables de la Loi et la muraille de la Chine.

 

RÊVE DE SHENANDOAH

Le rêve avec son clou rouillé s’élève quand la nuit est mince

Sur une planche de goudron, rien que son nom en lettres rouges

Le nom brillait dans la marine et dans le bleu du fond

Il éclairait la tombe et les mâts mutilés.

 

Shenandoah est une rivière, une eau rapide, une forme de femme, une forme

     de feuille

C’est un passage de chevreuil

Rien qu’une femme rouge comme un érable rouge.

 

Sauvage était son nom dans le muguet sauvage

Et le corps était sobre, éclairant de sa mort le vrai corps délié des Montagnes

     Rocheuses

Comme on aimait sa gloire et le poids du fusil

On aime encor sa guerre avec ses naseaux bleus.

 

LA CLAIRE AUDIENCE

Le cheval blanc de Jéricho souffle dans les naseaux du songe

Et la très vielle reine se cabre sur le mur dans un brouillard doré.

La neige a recouvert la planche des visions et les mots viennent sur le seuil

Désarmés, peut-être dépossédés, les mots viennent les mains ouvertes

Et tu entends qu’ils ont l’amour de te guider

Sur le chemin qui mène au trésor de la langue.

 

La lumière de la voyance, la lumière des yeux faiblit avant le jour

Tu creuses dans ta nuit de neige, tu poursuis ta course incertaine

Vers le pansement blanc ou bleu d’Apollinaire.

On parvenait le long d’une large rivière

Quelqu’un rêvait à l’ancolie

L’herbe était noire avec quelques roseaux et le coeur attendait.

 

LE VOYAGE

Tu pars, tu vas quitter la durée de la neige

Pour un autre temps plus actif, on dit là-bas que l’Histoire s’accélère.

Pourra-t-elle produire une raison paisible, une femme née de la terre

Eclairée de pensée vivante par la voyance, la claire audience de son corps.

Tu es dans la saison de la simplicité, quand la vue baisse on ne voit que les plus

     simples lignes.

Tu entends moins ce qui se dit, tu comprends moins bien les réponses, mais la

     question devient plus forte.

Tu portes le toucher du temps, tu es blessé, tu es pressé par un feu lent mais

     insistant.

Il faut passer par la flamme des mutations, trouver l’or corporel

Qui fut cette maison de ton enfance dont tu as cru qu’on te chassait

Quand le corps des merveilles s’est dissipé dans les fumées de ta jeunesse.

Tu es resté devant la porte, qu’est-ce qu’une porte de paroles

Qui n’ouvre pas sur le vrai corps et cette matinée de neige

Sous le ciel au cœur argenté, comme on en voit dans le tableau des Flandres.

L’hiver alors était de paille dans l’écurie des chevaux brabançons, tu te

     souviens de la saison des granges

L’hiver, après la bogue acide, était couleur d’étain, il était riche de châtaignes

La pie était sur le gibet. Ah ! la terre chez nous en faisait des ruades et comme

     elle aimait renâcler

Sur le bord des étangs gelés, quand se posait la patineuse

Et que Bruegel glissait dans ses sabots d’enfant siffleur.

Ici le gel est long et la roche n’est jamais loin, ici tu es un étranger

Sauf dans le signe d’air et la folie de la lumière verticale.

Tu pars, tu vas longer la pente des rivières, tu passes des villages grèges

Rien n’est beau que la vigne nue, sous le vert des phosphates, rien n’est plus

     éclairé que le mur manuel.

Tu es dans le cimetière des vignerons, tu cherches entre les tombes une trace

     perdue

Le lac est dans la brume, il est couleur de perle, au milieu du nuage on voit

     deux larmes, on voit deux barques suspendues.

A l’ombre du muret, il reste un peu de neige et tu lis sur la pierre : Ma grâce te

     suffit. C’est ça que j’avais oublié.

 

LA SIBYLLE

Tu apportes un chèque à la banque et tu as peur de l’avenir

Les échéances, comme les années qui te restent, sont chaque fois plus courtes

     chaque fois plus difficiles

Et tu as peur en vieillissant de ne plus trouver de travail.

Celle qui avait l’écoute si fine, la Sibylle, n’entend plus et tu dois appeler son

     ami cardinal.

C’est la voix d’un vieil artisan, polie, rabotée par le temps :

« Elle a beaucoup pensé à moi, elle ne peut plus marcher, elle se met souvent

     en colère. Ses pensées me font plaisir. »

Et tu entends dans la voix du vieil homme qu’il aime et estime le plaisir.

« Tout sert à l’oeuvre de justice et quand on n’a plus que cela on peut lui

     donner sa colère. »

Il a raccroché pour toujours. Dans la cire d’abeille où Mérence habitait, tu

     retrouves l’odeur d’une vierge de chêne.

Tu attends le train dans le froid, durant ton analyse

L’image de toi-même était inaccessible, tu étais toujours en colère.

Un jour, la Sibylle dit : La colère veut dire espérance.

Alors quel esprit jaillissant, le corps est saisi d’espérance

 

L’ILE SAINT-LOUIS

Tu es dans le train qui vient de Milan, il est plein d’Italiens qui sont gais et qui

     parlent d’eux-mêmes.

 

Par la fenêtre on voit couler un pays blanc et tu lis des hebdomadaires.

 

Tu as peut-être en toi des cellules qui savent mais tu n’entends que par

     intermittence.

 

Tu tressailles au fracas lumineux d’un rapide, comme toi il est rempli de

     pensées qui s’ignorent.

 

Tu traverses des ponts, des villes, des tunnels. Interminables, à la fin des

     lectures, les rues en gris s’écaillent où le peuple est parqué.

 

A Paris, tu vécus bousculé par les songes. Les rues et les palais de verre étaient

     de sel, au temps de la névrose errante et de l’amour.

 

Tu es dans la gare de Lyon. Comme les Indiens le long des troupeaux de

     bisons, as-tu passé ta vie à marcher dans les gares sous les yeux des

     locomotives ?

 

La foule entre dans tes poumons. Sous le grand ciel humide, celle qui est

     Marie et Claire est devant toi.

 

Vous retrouvez le refuge de l’île, ce soir est à l’abri du temps

 

Tu t’éveilles au milieu de la nuit, tu entends le bruit de la pluie dans la cour.

 

Un jour de ski dans la forêt, la biche avec ses faons était sous le sapin,

 

Tu remontais le vent, elle a été surprise. Vos yeux se sont croisés un moment

     déchirant. La vraie patience est la patience des chevreuils.

 

L’ESPERANCE

Tu vas à Vincennes ce matin. Paré de millions de voitures, Paris est la reine de

     Saba dans son archipel dévasté.

 

Les maisons rongées par la pluie sont les chariots des émigrants dans la

     caravane vers l’ouest.

 

L’université est toute neuve, elle est aussi moderne qu’un cimetière d’autos.

 

Tu la vois vaciller comme un bison blessé, elle est dévorée d’inscriptions.

 

Elle n’est pas née mais jetée là, l’amour ne l’a pas mise au monde.

 

Il faut que le vrai apparaisse par la transfiguration du sordide.

 

Tu aimes l’ordre comme tu aimes ta colonne vertébrale.

 

Nos colonnes sont déviées, leurs temples sont forcés par le marteau-pilon.

 

Préférer l’ordre au désordre, c’est la négation de l’esprit.

 

Il n’y a rien à préférer, il n’y a rien à désirer que l’espérance.

 

Sylvain parle avec des reprises et des arrêts où tu le vois douter, où tu le vois

     trouvé.

 

La sonate de Vinteuil ne cachait pas ses trous ni ses obscurités.

 

C’est par ses vides et ses hésitations que la pensée devient matière.

 

Tu regardes la pluie tomber sur les oppresseurs et sur les opprimés. Tu

     regardes ses mains qui sont des pensées musculaires. Tu ne regardes rien.

 

Et tu entends un rire très gai, celui qui rit de l’impatience, lorsque la foule

     s’abandonne car elle n’est plus abandonnée.

 

J’espère en écoutant ce rire, j’espère en regardant ce qui se passe en moi.

 

L’esprit délivré du pouvoir ne veut plus dominer, l’esprit ne veut plus délirer.

 

Quelqu’un m’a pris en stop avec deux étudiantes, les falaises et les accidents

     du béton s’élèvent au milieu des amers de ferraille.

 

L’espérance de vivre regarde ses organes et son corps dispersés.

 

LE SERPENT D’IMAGES

Je suis dans la maison de la télévision, elle est remplie de gens qui possèdent

     un savoir, elle est fardée de signes que je ne comprends pas.

 

Quelqu’un me fait entrer dans une grotte obscure

     Comme Sindbad le marin,

     je me sens soulevé par le vol d’un grand aigle.

 

L’Histoire apparaît sur le mur, c’est un poisson aveugle sous la vitre d’un

     aquarium.

 

Le peuple de Bikini revient sur son atoll, ainsi qu’au temps de la Sibylle

     le sens est revenu dans l’esprit désolé.

 

Nous sommes quatre à déchiffrer nos hiéroglyphes embrouillés et si le texte est

     insensé nous sommes les fourmis du monde.

 

Brillant dans la moitié du ciel quatre femmes nous interrogent.

     Est-ce la guérison par le serpent d’airain

     de nos esprits brûlés par le serpent d’images ?

 

Le frère aîné n’est pas descendu en lui-même, ainsi que le Christ aux enfers

     dans sa jeunesse végétale est descendu dans la matière.

 

Il est mon frère minéral, il est le frère de l’arable et le frère des animaux.

 

Je n’ai vraiment aimé que l’enfance de moi-même, ce qui n’est pas écrit est

     encor dans l’obscurité.

 

LA SCIENCE

Tu es auprès de la Sibylle, le jour baisse, le lit est blanc.

Elle est encore en son grand âge à son poste d’écoute

Ses mains forment les gestes du secret : j’accepte et je n’accepte pas.

La science de patience

Est subie, est aimée, est imprimée de force.

La voix surprend : Marée basse... marée haute.

Elle fait tourner le monde autour de son poignet

Son sourire est d’une impatience admirable.

 

LE PONT MARIE

Le jeune amour écrit en dieux

Dans des chambres, dans des maisons célestes, carnassières.

La connaissance amère et disloquée des dieux

Est le commun trésor dans le sommeil profond.

Je ne sais presque plus, je ne sais presque rien

J’ai dormi, j’ai rêvé, si j’écris pour aimer

L’ignorance d’amour écrit ce qu’elle ignore.

 

L’HEURE DU THE

Tu es dans le bureau de Dominique, près de son divan d’analyste

Et tu revois les rideaux rouges, les rideaux gris de la séance.

Une petite fille t’offre du thé et te parle avec cérémonie.

Il y avait ce son de flûte en Grèce, sur une feuille au bord de l’eau la neige

     tombe sur la Chine.

Lorsque la vie n’est plus qu’une oreille attentive, entendons-nous tomber cette

     neige intérieure

Entendons-nous parler la langue des matières ?

 

C’est Dominique avec la musique de son nom, quatre syllabes matinales

Qui font la personne rieuse dont la pensée souvent, sans se cacher, repose.

Avec ces mots de tous les jours et qui s’en vont sans bruit

Peut-être parlez-vous de Dieu dont la mort est si évidente

Que tu ne peux parler de lui, mais plus simplement de cela

Que l’on éprouve avec la profusion de l’air.

Tu es assis dans la chambre près d’elle, tu ne sais plus si vous saviez que Dieu

     est mort

Pendant que peu à peu, par la contemplation de la neige et de l’eau,

Tu découvrais sous les paroles

L’imitation de la matière.

 

Tu penses à l’obéissance des choses et tu te lèves car on entend sonner

C’est un patient de Dominique, il va s’éteindre ici, il va brûler

Un peu tricheur, comme toi, un peu menteur et ton frère en immensité

Maintenant qu’il est impatient, sur la voix de la pauvreté.

 

LA NUIT CLOSE

Je reviens à la gare de Lyon, la fatigue à minuit fait peser ma valise.

 

Le train va jusqu’en Orient, les gens sont tristes ou gais dans les langues des

     pays pauvres.

 

Les gens pleurent, les gens s’embrassent sur les quais, je ne fais que chercher

     une place où m’étendre.

 

Il y a des Italiens et deux Grecs, l’un est beau. Quelqu’un a fermé la fenêtre.

 

Je vois passer en vain les arbres dépouillés, je ne trouve pas facile d’aimer les

     hommes en train.

 

Je suis reclus, je suis perdu dans mon sommeil qui ressemble à un animal.

 

O nuit des animaux furtifs. Nuit du renard et du blaireau, nuit de la noctuelle.

 

LE RETOUR

Tu es revenu et la neige tombait, tu es entré dans le nuage

 

On est entouré de messages, le cœur découvre son retrait

 

Dans une ombre de jour une biche passait, son mouvement ressemble à la neige

     qui tombe

 

La neige est une eau sans image, ô neige, comme un sacrement

 

LES RUISSEAUX

L’hiver est transparent, c’est la nuit du pollen de neige

C’est le temps de nourrir ses songes er les animaux des forêts.

Ce matin j’ai marché, j’ai rêve dans la neige sans connaître ma différence

Est-ce quelqu’un marchait en moi pendant que je marchais en elle ?

Dans la chambre qui s’obscurcit, c’est ton heure de sauvagerie, c’est la neige

     la plus profonde.

Argile en ce temps-là, il faut s’aimer du cœur, il faut s’abandonner dans le bleu

     des artères.

Comme ruisseaux qu’on n’entend plus et qui vont coulant sous la glace.

C’est la nuit des vergers et des compagnons blancs, c’est la grande commune

De la neige donnée à tous

Comme une langue maternelle.

 

LES MELEZES

Les chevaliers de la matière de Bretagne, les saints de l’auge de granit

Et le lecteur des mutations peuvent trouver ici un chemin sous la neige,

Je suis à ma table et je tiens la pointe de métal qui produit de l’encre et des

     signes

Ici commence la liberté, si je m’applique à ce qui est. Si je renonce, si je

     renonce à renoncer.

Je regarde passer la dernière mésange, je regarde la nuit, je ne regarde rien

Et j’entends composer en moi selon la règle de mélèze

Un lent poème corporel dans la matière de la neige.

 

LA TRAVERSEE DU TEMPS  

Les étoffes de la mémoire, dans la poussière des sous-pentes,

Ont fait briller en moi les poissons qu’on décharge

Et les voiles mouillées des pêcheurs de Nieuport.

C’était un rouge délavé, travaillé par la mer

Un rouge recousu, presque couleur de terre

Un rouge obstinément qui marchait sur la mer et qui refusait de s’éteindre.

Menées par leurs anges naïfs, les Saintes Femmes ont cheminé sur ce rivage

Où Jacques, ainsi qu’un marin débarqué, explique la navigation

Ce qu’est Dieu, selon lui, ne pourrait pas se dire mais seulement ce qu’il n’est

     pas.

Ici la terre sous la neige délaisse pour un temps l’exubérant plaisir 

Chante sa geste d’origine et montre son corps essentiel.

 

Les chasseurs au temps de Bruegel vont dans la neige, avec leurs piques, avec

     leurs chiens.

Les paysans patinent sur l’étang, les femmes font rôtir des viandes sous

     l’auvent.

Comme aujourd’hui des oiseaux noirs guettaient dans l’ossature entremêlée des

     arbres

Prophétisant sous le ciel vert qui cherche la couleur de l’eau

La fin du jour, la nuit prochaine et l’aube où des enfants vont naître.

 

L’EPREUVE

Pour un temps de simplicité la neige a nivelé en moi ce qui n’était pas

     nécessaire

Ce qu’elle aveugle est éclairée par la beauté de l’univers

La neige tombe sur l’Europe, la neige tombe sur la Chine

 

Si je n’entre pas dans la tanière du tigre, comment connaître ses petits ?

 

                                                                                                                                   Gstaad 1973

 

La Chine intérieure

Editions Seghers, 1975

Du même auteur :

 Géologie (10/01/2018)

Caste des guerriers (10/01/2019)

Tombeau pour des archers (10/01/2020)

L’escalier bleu (10/01/2021)

Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :