15 août 2022

John Montague (1929 - 2016) : James Joyce

  James Joyce   Sous le chapeau cabossé Avec sa large bande noire ;   Ce long visage, descendant Comme une corniche jusqu’à La mâchoire saillante ; Teint olivâtre, petite Moustache ; envahi   Par de sombres Lunettes qui Soudain s’éclairent   Ces doigts effilés Crispés sur une canne Ou un verre de vin blanc ; Il pourrait être   Mon père ou le vôtre ; Tout homme Usé, marqué par   La vie, si l’en-tête Ne portait pas le Détail – éclatant comme ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2022

Oscar Wilde (1854 - 1900) : Dans les allées de Magdalen / Magdalen walks

  Dans les allées de Magdalen     De petits nuages blancs font la course dans le ciel Les prairies sont jonchées des fleurs dorées de mars, Les pas écrasent les jonquilles, et le mélèze avec ses cônes Se tord et se balance, et la grive se hâte.   Un délicat parfum naît dans la brise du matin, Odeur de feuilles, d’herbe, de terre fraîche retournée. Les oiseaux chantent de joie pour saluer le printemps Et sautent de branche en branche sur les arbres balancés.   Les bois revivent aux sons du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2022

Derek Mahon (1941 -) : Les dieux bannis / The banished gods

The Gallery Press, 2012   Les dieux bannis   Près des sources de la plus longue rivière Est une clairière dans la forêt Lieu moite et brumeux Où la lumière monte en colonnes Et le chant des oiseaux est comme du papier qu’on déchire.   Loin de la terre, loin des itinéraires commerciaux, Dans le temps rêvé ininterrompu Du pingouin et de la baleine Les mers soupirent pour elles-mêmes Et revivent les jours d’avant les voiles.   Où finissent les fils et les poteaux, la lande frémit en silence Parsemée... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2022

Seamus Heaney (1939 – 2013) : Victime / Casualty

  Victime   Il avait l’habitude de boire tout seul Levant un pouce hâlé Vers l’étagère du haut, Pour demander un autre rhum-cassis Sans avoir à élever la voix, Ou commandant un stout vite fait Avec une mimique discrète Faisant mine de déboucher la bouteille ; A l’heure de la fermeture Il sortait dans le noir En cuissardes et casquette à visière, Chef de famille au chômage Et pourtant travailleur-né. J’aimais bien son allure, Adroite, trop dissimulée, Pétrie de tact retors qui ne bronchait... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2021

Leanne O’Sullivan (1983 -) : Naissance / Birth

Naissance   Voici que vient novembre, moment de ma naissance, et les blanches nervures de la marée déracinent le silence de la baie.   Aujourd’hui, je quitte la pierre pour le sable, orpheline, ma mère une pierre au soubassement de la terre, me voyant en rêve.   Sortant d’un sommeil profond, je m’étire comme un escargot, rassemblant la chaleur de mes étoffes charnelles et me déliant de cette coquille utérine.   J’écoute le mouvement de la mer, l’imite, tends l’oreille au frottement des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2021

John Montague : (1929 - 2016) : Tous les obstacles légendaires / All legendary obstacles

  Tous les obstacles légendaires     Tous les obstacles légendaires Nous séparaient, immense plaine imaginaire Monstrueuse fronce des montagnes Et, se balançant dans la nuit, Innondant le Sacramento, San Joaquin, Sifflant en sarabande, la pluie d’hiver.   Tout le jour j’attendis, allant nerveusement de la gare au bar Quand je voyais un autre train Surgir, le San Francisco Chief ou Le Golden Gate, ses grandes roues dégoulinantes.   A minuit tu parus, pâle Au-dessus de la lampe du porteur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2021

Oscar Wilde (1854 - 1900) : Silentium amoris

  Silentium amoris   Comme souvent le soleil, qui trop fort brille, Repousse malgré elle en sa sombre caverne La pâle lune, avant même que le rossignol Ait pu lui offrir la moindre sérénade, Ainsi ta beauté rend maladroites mes lèvres Et mes chants les plus beaux sonnent faux.   Comme, à l’aurore, au-dessus des prairies, Passera quelque vent impétueux et sauvage Qui de trop de baisers brisera le roseau Jusque-là instrument unique de son chant, Ainsi la trop orageuses passion m’égare Et, d’un excès... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2021

Derek Mahon (1941 -) : Epitaphe pour Robert Flaherty / Epitaph for Robert Flaherty

  Epitaphe pour Robert Flaherty     Qu’il est bon d’être loin du soleil de retour dans le nord aux obscurs gisements de mes îles où l’hiver est si long que bien peu de lumière nous parvient, mais parfaite.   Traduit de l’anglais par Denis Rigal In, « Poésies d’Irlande. Anthologie » Sud, 13001 Marseille Du même auteur : Quatre promenades dans la campagne près de Saint-Brieuc / Four walks in the country near St.-Brieuc (11/11/2014) Portrait de l’artiste / A portrait of the artist... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2021

Seamus Heaney (1939 – 2013) : Rites funèbres / Funeral Rites

  Rites funèbres   I   J’ai endossé une sorte d’âge d’homme quand je me suis avancé pour porter les cercueils de parents morts. On les avait étendus   dans des pièces ternies, leurs paupières luisantes, leurs mains blanches comme la pâte enchaînées par des chapelets.   Leurs doigts bouffis s’étaient déridés, leurs ongles avaient noirci, leurs poignets s’étaient docilement inclinés.   Le linceul brun comme l’algue, les berceaux de satin piqué : courtoisement je me suis mis à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2020

Leanne O’Sullivan (1983 -) : Enfants du Cillínach / Children of the Cillínach

  Enfants du Cillínach (*)   Viens à nous avec des lis et des reines des prés, viens à nous de cœur et non de vue, cette palpitation d’amour toute douleur encore, dans le cercueil de sombre terreau de ton ventre.   Maman, j’ai reconnu ton poids et la longueur de tes mains douces alors que tu t’inclinais sur ce sol rude, à l’abandon. Je t’ai reconnue aux pâquerettes d’oubli   liées avec de la ficelle bleu et rouge. J’ouvre les yeux ; tu me regardes. Si jamais on m’autorise une voix tu me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :