11 octobre 2021

Leanne O’Sullivan (1983 -) : Naissance / Birth

Naissance   Voici que vient novembre, moment de ma naissance, et les blanches nervures de la marée déracinent le silence de la baie.   Aujourd’hui, je quitte la pierre pour le sable, orpheline, ma mère une pierre au soubassement de la terre, me voyant en rêve.   Sortant d’un sommeil profond, je m’étire comme un escargot, rassemblant la chaleur de mes étoffes charnelles et me déliant de cette coquille utérine.   J’écoute le mouvement de la mer, l’imite, tends l’oreille au frottement des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 août 2021

John Montague : (1929 - 2016) : Tous les obstacles légendaires / All legendary obstacles

  Tous les obstacles légendaires     Tous les obstacles légendaires Nous séparaient, immense plaine imaginaire Monstrueuse fronce des montagnes Et, se balançant dans la nuit, Innondant le Sacramento, San Joaquin, Sifflant en sarabande, la pluie d’hiver.   Tout le jour j’attendis, allant nerveusement de la gare au bar Quand je voyais un autre train Surgir, le San Francisco Chief ou Le Golden Gate, ses grandes roues dégoulinantes.   A minuit tu parus, pâle Au-dessus de la lampe du porteur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2021

Oscar Wilde (1854 - 1900) : Silentium amoris

  Silentium amoris   Comme souvent le soleil, qui trop fort brille, Repousse malgré elle en sa sombre caverne La pâle lune, avant même que le rossignol Ait pu lui offrir la moindre sérénade, Ainsi ta beauté rend maladroites mes lèvres Et mes chants les plus beaux sonnent faux.   Comme, à l’aurore, au-dessus des prairies, Passera quelque vent impétueux et sauvage Qui de trop de baisers brisera le roseau Jusque-là instrument unique de son chant, Ainsi la trop orageuses passion m’égare Et, d’un excès... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2021

Derek Mahon (1941 -) : Epitaphe pour Robert Flaherty / Epitaph for Robert Flaherty

  Epitaphe pour Robert Flaherty     Qu’il est bon d’être loin du soleil de retour dans le nord aux obscurs gisements de mes îles où l’hiver est si long que bien peu de lumière nous parvient, mais parfaite.   Traduit de l’anglais par Denis Rigal In, « Poésies d’Irlande. Anthologie » Sud, 13001 Marseille Du même auteur : Quatre promenades dans la campagne près de Saint-Brieuc / Four walks in the country near St.-Brieuc (11/11/2014) Portrait de l’artiste / A portrait of the artist... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2021

Seamus Heaney (1939 – 2013) : Rites funèbres / Funeral Rites

  Rites funèbres   I   J’ai endossé une sorte d’âge d’homme quand je me suis avancé pour porter les cercueils de parents morts. On les avait étendus   dans des pièces ternies, leurs paupières luisantes, leurs mains blanches comme la pâte enchaînées par des chapelets.   Leurs doigts bouffis s’étaient déridés, leurs ongles avaient noirci, leurs poignets s’étaient docilement inclinés.   Le linceul brun comme l’algue, les berceaux de satin piqué : courtoisement je me suis mis à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2020

Leanne O’Sullivan (1983 -) : Enfants du Cillínach / Children of the Cillínach

  Enfants du Cillínach (*)   Viens à nous avec des lis et des reines des prés, viens à nous de cœur et non de vue, cette palpitation d’amour toute douleur encore, dans le cercueil de sombre terreau de ton ventre.   Maman, j’ai reconnu ton poids et la longueur de tes mains douces alors que tu t’inclinais sur ce sol rude, à l’abandon. Je t’ai reconnue aux pâquerettes d’oubli   liées avec de la ficelle bleu et rouge. J’ouvre les yeux ; tu me regardes. Si jamais on m’autorise une voix tu me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2020

Oscar Wilde (1854 - 1900) : Endymion

    Endymion (Pour la musique)   Les pommes d’or pendent aux arbres Et les oiseaux pépient en Arcadie. Les moutons bêlent dans leur parc, Les cabris sautent sur les collines. Hier, il avoua son amour, Et je sais qu’il me reviendra. Ô lune qui se lève ! Ô Séléné ! Sois sa gardienne. C’est lui, Tu ne peux en douter, tu le connais si bien ! Il est chaussé de sandales pourpres. Tu ne peux en douter, tu connais mon amour : Il tient aussi la houlette du pâtre, Il est plus doux que la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2020

Derek Mahon (1941-) : Portrait de l’artiste / A portrait of the artist

    Portrait de l’artiste   Frissonnant dans l’obscurité Des puits, des crassiers, des champs de betteraves, Je suffoque, cherchant la lumière et la vie, Comme un oiseau en cage au printemps Se cogne aux barreaux qui brillent.   Comme un ver luisant je me déplace Parmi ces mineurs belges en cage, Et la lampe à mon front Est la lumière mourante de la foi. Dieu vacille et dégénère en métaphores :   Des coups frappés sous terre, la lumière Réfractée dans un verre de bière Comme dans un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2020

Seamus Heaney (1939 – 2013) : Mère

  Mère   Alors que je pompe de l’eau, le vent chargé de crachats de pluie effiloche La corde d’eau qui coule. Elle se déroule, tel le placenta de l’air qui vient de naître, A chaque goulée du plongeur.   Je suis fatiguée de nourrir le bétail. Tous les soirs je manie le bras de cette pompe Une demi-heure d’affilée, pendant que les vaches, Dans l’étable, vident goulûment leurs abreuvoirs. Avant que je n’y aie fait monter le niveau de l’eau Elles le font baisser.   A la queue leu leu, elles sont... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2019

Oscar Wilde (1854 – 1900) : Désespoir / Desespoir

  Désespoir   Les saisons avec elles amènent leur ruine, Au printemps, le narcisse apparaît Qui ne se fane avant que n’ait rougit la rose Et, à l’automne, fleurissent les violettes Et le frêle crocus trouble alors la blancheur de la neige ; Puis, les arbres dénudés reverdissent, Comme font les gris labours sous les pluies de l’été Et renaissent les primevères qu’un enfant cueillera.   La belle vie ! dont le flot amer et avide Monte à nos pieds et sombre dans la nuit Pour revêtir des jours qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :