sl31fo01[1]

 

De la soupe piquante

 

Comme une pucelle qui se débat

Quand un voyou l’agresse avec une arme meurtrière

La carpe frétille sur la planche à découper

Le couteau lui découpe les nageoires

Le couteau lui écorche les écailles dorées

 

Pour rincer avec de l’alcool fort

La bile qui est dans mon cerveau

Je vais manger un bol de soupe bien piquante

 

Les vacanciers tout joyeux partis en car de tourisme

Se lancent à corps perdus dans la rivière

Plouf

Ils respirent enfin grâce à la beauté

Du sable qui brille

Des cheveux foncés qui sèchent au soleil

Et du paysage du vallon de l’autre côté de la rivière

Les galets gros comme des œufs d’autruche

Sont si brûlants que des petits d’autruche

pourraient éclore

 

Simplement

Si ce genre de paix n’est qu’une trêve courte et précieuse

Que sont alors les longues journées qui nous étouffent ?

 

Traduit du coréen par No Mi-Sug et Alain Génetiot

in, Choi Seung-ho : «  Alerte à la neige »

Editions Autres Temps, 13420 Gémenos, 2007

Du même auteur : La force de la nuit (31/01/2020)