____20___1_

 

La force de la nuit

 

Enveloppée par la tempête

La ville la nuit n’a plus d’électricité

Le fleuve est noir

L’asphalte est noir

La lumière des bougies vacille dans tous les magasins

L’éclair éclate

Le tonnerre gronde

C’est la hache bleue d’où jaillit l’éclair

Quand elle frappe, les étoiles brillent d’un grand éclat

Quand elle frappe, les montagnes retentissent

d’un grand fracas

Quand elle frappe, on n’a rien à craindre des nains

Mai à part la race géante des dieux,

Quel être humain sur la terre

Pourrait manier une telle hache à tort et à travers ?

L’éclair gronde

Le tonnerre gronde

Comme dans la carrière où explose la dynamite

Ou quand comme jadis

Deux dragons s’entrelaçaient en copulant

Et que survenait un autre dragon jaloux

aux longues griffes,

Les écailles noires que grattent les griffes de l’éclat

Les écailles noires qu’arrachent les dents de l’éclat,

La foudre tombe

Le tonnerre gronde

La hache bleuie de feu qui fend de haut en bas

Le ciel de la ville enchevêtrée de lignes à haute tension

Gardons en mémoire

Cette force emmêlée et mouvante de la nuit

Cette force emmêlée et mouvante de la nuit

Même si je ne suis

Qu’une victime pour la table de la race géante des dieux

Même si je ne suis que le fils de la nuit,

Le fils que la nuit fait naître et que la nuit avale

Gardons en mémoire cette nuit fraîche

Où la pluie forte me frappe

Où de nouveau je me sens revigoré

Où je ressens dans mon crâne

Les flammes violentes du buisson-ardent

 

Traduit du coréen par No Mi-Sug et Alain Génetiot

in, Choi Seung-ho : «  Alerte à la neige »

Editions Autres Temps, 13420 Gémenos, 2007