campana%20canti%20orfici[1]

 

L’espérance (sur le torrent nocturne)

 

 

Pour l’amour des poètes

Princesse des rêves secrets

Dans les ailes des vives pensées répète répète

Ô princesse tes chants :

Toi chevelue de chants muets

Pâle amour des errants

Etouffe les pleurs inéteints

Donne trêve aux amours secrètes :

Qui les taciturnes portes

Veille que la Nuit

A ouvertes sur l’infini ?

Penchent les heures : avec le rêve évanoui

Penche le pâle Sort.....................................

.................................................................................

Par l’amour des poètes, portes

Ouvertes de la mort

Sur l’infini !

Pour l’amour des poètes

Princesse mon rêve évanoui

Dans les gouffres du Sort !

 

Traduit de l’italien par Irène Gayraud et Christophe Mileschi

In, Dino Campana : « Chants orphiques et autres poèmes »,

édition bilingue.

Editions Points, 2016

Du même auteur :

Gênes / Genova (20/08/2017)

La Chimère / La Chimera (20/08/2018) 

Poésie facile / Poesia facile (20/08/2019)

Jardin automnal (Florence) / Giardino autunnale (Firenze) (20/02/2020)

Bâtiment en voyage / Bastimento in viaggio (20/08/2020)

 

La speranza (sul torrente notturno)

 

Per l’amor dei poeti

Principessa dei sogni segreti

Nell’ali dei vivi pensieri ripeti ripeti

Principessa i tuoi canti :

O tu chiomata di muri canti

Pallido amor degli erranti

Soffoca gli inestinti pianti

Dà tregua agli amori segreti :

Chi le taciturne porte

Guarda che la Notte

Ha aperte sull’infinito ?

Chinan l’ore : col sogno vanito

China la pallida Sorte

.................................................

....................................................................

Per l’amor dei poeti, porte

Aperte de la morte

Su l’infinito !

Per l’amor dei poeti

Principessa il moi sogno vanito

Nei gorghi de la Sorte !

 

Poème précédent en italien :

Giacomo Leopardi : A la lune / Alla luna (20/12/2020)