16 août 2014

Pierre Minet (1909 – 1975) : « Mort, je m'égrènerai en toi… »

A Lilian   Mort, je m'égrènerai en toi Et non pas seulement mon corps  Mais aussi mes bonnes mes mauvaises  pensées  Tous les chemins que j'emprunterai  revivront en Toi.  Je veillerai dans ta chair, pour  l'émouvoir  Et ton esprit recevra le mien  comme un vent —  Tu ne cesseras de m'écouter —  Enseveli en Toi, pour que Tu me  chantes...     Hôpital Saint–Louis, 1932    Des âges téméraires L’Ether Vague, Toulouse, 1989 Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 août 2014

Jean Joubert ( 1928 - 2015 ) : « Et nous vivrons sous le silence de la neige… »

Et nous vivrons sous le silence de la neige, corps à corps, bouche à bouche, suspendus dans le cristal d’invincibles feuillages. Et les jours glisseront, les astres, les soleils, jour après jour, nuit après nuit, et les années s’amasseront en robes sombres à nos pieds. Des arbres, des enfants naîtront de cette mort, d’autres mains dénouées de l’herbe de nos mains, des ailes bougeront entre nos bras déserts. Nous verrons s’effacer,  très loin sous nos fenêtres, de petits gestes gris, des yeux bavards, des ombres bues... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2014

Avrom Sutzkever / (אַבֿרהם סוצקעווער (2010 – 1913) : Les juifs gelés

Les juifs gelés   Avez-vous déjà vu parmi les champs de neige  Des juifs gelés en rangs l’immobile cortège   Sans un souffle étendus, marbrifiés et bleus, Leur corps sont là, pourtant la mort n'est pas en eux   Car leur âme gelée a des lueurs fugaces, Poisson doré saisi dans sa vague de glace,   Ni muets ni bavards: chacun pense sans bruit; Le soleil a gelé aussi dans la nuit.   Aux lèvres roses par le gel déjà figées, Un sourire est resté qui ne peut plus bouger.   Couché près de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 août 2014

Charles Dobzynski (1929 - ) : Mère

) Mère   J’aurai porté ton corps comme un sac d’ombre, j’aurai vécu pour n’être plus de toi que cette balle à la roulette russe pari perdu d’un jour qui m’a meurtri, j’aurai passé ta douleur comme un fleuve sa flottaison de rêves tronçonnés, moi l’habitant de ta plaie, locataire de chaque cri qu’on ne peut acquitter, j’aurai grandi jusqu’à n’être que larme qui ne pouvait fleurir dans ton désert, rose d’oubli, rose double du sable de toi de moi partageant le miroir. Ta plainte fut comme un loup dans la neige qui me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2014

Matsuo Bashō / 松尾 芭蕉 (1644 –1694) : « Départ du printemps… / 行 春 や 鳥啼 魚 の 目 は 泪

    Départ du printemps les oiseaux crient Et les yeux des poissons sont en larmes   La Sente étroite du Bout-du- monde,1694 Traduit du japonais par Yves Marie Allioux in « Poèmes de tous les jours. Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto Editions Philippe Picquier, 1993     Le printemps s’en va pleurs des oiseaux et poissons les larmes aux yeux.   Traduit du japonais par Joan Titus-Carmel In : « Basho : Cent onze haiku » Editions Verdier, 1998 ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2014

Georges Perros (1923 – 1978) : « on meurt de rire…. »

On meurt de rire on meurt de faim On meurt pour blessure à la guerre On meurt au théâtre à la fin D’un drame où le ciel est par terre.   Il est cent façons de mourir Pour vivre on est beaucoup plus sage. Il s’agit de savoir moisir Entre l’espoir et le fromage.   Poèmes bleus, Editions Gallimard, 1962   Du même auteur : Marines (10/08/2015) « Mon coeur bredouille… » (16/10/2016) « Il y a un bruit près de chez moi… » (16/10/2017)    
Posté par bernard22 à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 août 2014

Joachim Du Bellay (1522 - 1560) : Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,   Ou comme celui-là qui conquit la toison,   Et puis est retourné, plein d’usage et raison,   Vivre entre ses parents le reste de son âge !     Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village  Fumer la cheminée, et en quelle saison, Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,  Qui m’est une province, et beaucoup d’avantage ?      Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 août 2014

Roger Gilbert – Lecomte (1907 – 1943) : Je n’ai pas peur du vent

    Je n’ai pas peur du vent    Toi qui hurles sans gueule Mords sans dents Fascines sans yeux Face creuse Toi qui fais bondir la pantomime des ombres et des lumières Coupe sans faux Arraches claques et bats Sans bras sans mains sans fouets sans fléau Fléau toi-même vent levant du Levant Toi qui mets le tonnerre au cœur de la forêt Et fais courir les géants de sable au désert Père des vagues des cyclones des tornades Déformant d'hystérie la face de la mer Jusqu'à la trombe Coït de l'eau salée et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 août 2014

Ahmed Abd al-Moti Hijazi (1935 - ) / عبد المعطي حجازي : Au revoir

      Au Revoir A Ragaa an-Naqqash Amis Que je crains la fin de la route Et que je crains l'adieu du soir Au revoir... Bonsoir... Au revoir... Ces mots amers Comme une mort L'homme d'un homme arraché.                Rues de la ville Bas-fonds de braises Qui ruminent le feu de midi La flamme bue depuis l'aube Malheur à qui ne rencontre que leur soleil Leurs murs leurs haies leurs murs leurs haies Carrés triangles vitres.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2014

Robert Desnos (1900-1945) : J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi        J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.      Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère ?      J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.      Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante  et me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :