17 avril 2019

Max Jacob (1876 – 1944) : Le Kamichi

  Le Kamichi             L’échafaud, c’est la guillotine,           on n’en veut plus, c’est pour les rois !           l’humble auteur qui t’écrit ces lignes           veut pour le moins mourir en croix.           Je trempe mon roseau dans le sang de mon cœur : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2018

Max Jacob (1876 – 1944) : Invitation au voyage

  Invitation au voyage A Louis Bergerot     Les trains! Les trains par les tunnels étreints Ont fait de ces cabarets roses Où les tziganes vont leur train Les tziganes aux valses roses Des îles chastes de boulingrins. Il passe une automobile Il passe de fragiles rentières Comme sacs à loto mobiles. Vers des parcs aux doux ombrages Je t'invite ma chère Elise. Elise ! Je t'invite au voyage Vers ces palais de Venise. Pour cueillir des fleurs aux rameaux Nous déposerons nos vélos Devant les armures... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2017

Max Jacob (1876 – 1944) : Vie et marée

  Vie et marée              Quelquefois, je ne sais quelle clarté nous faisait entrevoir le sommet  d’une vague et parfois aussi le bruit de nos instruments ne couvrait pas le  vacarme de l’océan  qui se rapprochait. La nuit de la villa était entourée de  mer. Ta voix avait l’inflexion d’une voix d’enfer et le piano n’était plus  qu’ une ombre sonore. Alors toi, calme, dans ta vareuse rouge, tu me touchas  l’épaule du bout de ton... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2016

Max Jacob (1876 – 1944) : La saltimbanque en wagon de troisième classe

  La saltimbanque en wagon de troisième classe    La saltimbanque ! La saltimbanque  a pris l’express à neuf heures trente  a pris l’express de Paris-Nantes  Prends garde garde ô saltimbanque  que le train partant ne te manque  Et voici son cœur qui chante :  oh ! sentir dans la nuit clémente  dans la nuit de l’ouest dans la nuit veuve !  Mais on ne me laissera donc pas seule  sous mon rêve avec mon saule  Gens de Saumur ! Gens de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2015

Max Jacob (1876-1944) : La terre

  La Terre   Envolez-moi au-dessus des chandelles noires de la terre. Au-dessus des cornes venimeuses de la terre. Il n’y a de paix qu’au-dessus des serpents de la terre. La terre est une grande bouche souillée : ses hoquets, ses rires à gorges déployée sa toux, son haleine, ses ronflements quand elle dort me triturent l’âme. Attirez-moi dehors ! Secouez-moi, empoignez-moi, et toi Terre chasse-moi. Surnaturel, je me cramponne à ton drapeau de soie ! que le grand vent me coule dans tes plis qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2014

Max Jacob (1876 - 1944) : Avenue du Maine

Avenue du Maine   Les manèges déménagent. Manèges, ménageries, où ?… Et pour quels voyages ? Moi qui suis en ménage Depuis… ah ! y a bel âge ! De vous goûter, manèges, Je n’ai plus… que n’ai-je ?… L’âge. Les manèges déménagent. Ménager manager De l’avenue du Maine Qui ton manège mène Pour mener ton ménage ! Ménage ton manège, Manège ton manège. Manège ton ménage Mets des ménagements Au déménagement. Les manèges déménagent. Ah ! vers quels mirages ? Dites pour quels voyages Les manèges déménagent.  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :