Max-Jacob-web-3[1]Pierre de Belay (1890-1947) - Portrait de Max Jacob, 1933 - huile sur toile, 130 x 97,5 cm - Musée national d'art moderne, Paris

 

Autre personnage du bal masqué

 

Réparateur perclus de vieux automobiles

l’anachorète, hélas ! a regagné son nid.

Par ma barbe ! je suis trop vieillard pour Paris :

l’angle de ses maisons m’entre dans les chevilles.

Mon gilet quadrillé a, dit-on, l’air étrusque

et mon chapeau marron va mal avec mes frusques.

Avis ! C’est un placard qu’on a mis sur ma porte :

Dans ce logis tout sent la peau de chèvre morte !

 

Revue «Littérature, N°6, Août 1919 »

 

Du même auteur :

Avenue du Maine (22/01/2014)

La Terre (22/03/2015)

La saltimbanque en wagon de troisième classe (17/04/2016)

Vie et marée (17/04/2017)

Invitation au voyage (17/04/2018)

 Le Kamichi (17/04/2019)

Agonie (17/04/2020)

Villonelle (17/04/2021)