01 mars 2016

Germain Nouveau (1851 -1920) : Le baiser

  Le Baiser (II)    Comme une ville qui s'allume  Et que le vent achève d'embraser,  Tout mon cœur brûle et se consume,  J'ai soif, oh ! j'ai soif d'un baiser. Baiser de la bouche et des lèvres  Où notre amour vient se poser,  Plein de délices et de fièvres,  Ah ! j'ai soif, j'ai soif d'un baiser ! Baiser multiplié que l'homme  Ne pourra jamais épuiser,  Ô toi, que tout mon être nomme,  J'ai soif, oui, j'ai soif d'un baiser. Fruit doux où la lèvre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2016

César Moro (1903 – 1955) : Lettre d’amour

  Lettre d’Amour   Je pense aux holoturies angoissantes qui souvent nous entouraient      à l’approche de l’aube quant tes pieds plus chauds que des nids flambaient dans la nuit d’une lumière bleue pailletée   Je pense à ton corps faisant du lit le ciel et les montagnes suprêmes de la seule réalité avec ses vallons et ses ombres avec l’humidité et les marbres de l’eau noire reflétant toutes les étoiles dans chaque œil   Ton sourire n’était-il pas le bois retentissant de mon... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2016

Moritake / 荒木田 守武 (1473 – 1549) : « Une fleur tombée… »

  Une fleur tombée remonte à la branche un papillon   Traduit du japonais par Cheng Wing Fun et Henri Collet In, « Ah !le printemps, le printemps, Ah ! Ah ! le printemps,  haikus de printemps » Editions Moundarren, 1991      
Posté par bernard22 à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2016

Franck Venaille (1936 -2018 ) : « la tête contre la vitre… »

  la tête contre la vitre      comme un enfant qui rêve comme un chien qui attend     qui prend peur     la rue      les arbres     la ville immuable     parfois le soleil comme un geste amical     tous ces destins derrière les volets     et moi enfant dans la cuisine     et moi malade et tourmenté     les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2016

Luis Antonio de Villena (1951 - ) : Oraison aux parvis de la cité de Baal

  Oraison aux parvis de la cité de Baal   A toi, Inanna-Ishtar, la douce et corruptrice, la puissante en lunes à la chair très fertile et aux lèvres énormes, celle au cul puissant et luisant de chaleur, maîtresse de la maison des fêtes, entends ma réclamation. Ce n’est plus pour te demander tout ce qui fut jadis, les très tumultueuses nuits de corps et de boissons, la jeunesse radieuse, les poitrines glabres et fines, les très fertiles bandes sans fin de jeunes gens… Ce n’est plus pour te demander les soleils... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2016

Badr Châker al-Sayyâb / بدر شاكر السياب ‎(1926- 1964) : Retour à Jaykour

  Retour à Jaykour    Sur le coursier du rêve Je suis parti à travers les collines, Fuyant la ville, ses tournoyantes poussières Son souk plein de marchands, Son aube basse, Sa nuit sifflante et ses passants, Sa lumière sans couleur, Son dieu lavé avec le vin, Sa honte cachée dans des fleurs, Sa mort glissant sur le fleuve, Marchant sur ses flots endormis. Ah, si l’eau se réveillait Et si la Vierge venait y boire, Si le soleil blessé du couchant Venait se rafraîchir, ou s’il se levait, Si les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2016

Paul - Jean Toulet (1867 – 1920) : « L’immortelle, et l’œillet de mer… »

  L’immortelle, et l’œillet de mer           Qui pousse dans le sable, La pervenche trop périssable,           Ou ce fenouil amer   Qui craquait sous la dent des chèvres,           Ne vous-en souvient-il, Ni de la brise au sel subtil           Qui nous brûlait aux lèvres ?   Les Contrerimes Editions du Divan, 1921 Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2016

Jennifer Clement (1960 - ) : Voyageurs

  Voyageurs pour le capitaine George N. Sibley   Nous avons besoin du paysage inconnu où la lune est une proie chassée comme un jaguar, un ours, un écureuil,      et la nuit est trouée d’une flèche empoisonnée      noire de curare. Les chants résonnent comme la pluie, les poissons nagent dans l’air et les comètes, comètes à queues de mercure, déchirent le ciel, éparpillant pierres de lune, cendres argentées et la plainte d’un million d’ailes d’insectes. Nous sommes ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2016

Jeanne Mégnen (19 ? – 19 ?) : La belle au bois dormant

  La belle au bois dormant   Vapeurs de lichen, la morne lente attente Pèse sur la vallée boisée de hauts termites   La maison basse entre les monts d’aiguille et de flaques d’acanthe repose, four clos, dans l’envers des paumes. Les feuillages, vaincus par la rosée des nuits agonisent.   L’île est creuse comme ces bois de palmes Elle dort sans sommeil, elle pleure sans larmes Des milliers d’yeux criblent sa carapace Des milliers d’yeux s’affairent sur ses rocs de mousse. Les fleurs, mortes-nées,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2016

Mang Ke / (芒克 (1951 - ) : Poème de l’offrande à l’automne

  Poème de l’offrande à l’automne   Récolte L’automne furtif est venu sur mon visage J’ai mûri   Labeur Comme font toutes les charrettes à cheval Je tirerai le soleil dans les champs de blé   Enfance Route sur laquelle je me suis perdu autrefois   Regarder au loin Tout du passé Est indiscutablement vrai   Réverbères Lumière ordonnée Ténèbres ordonnées Choix Le mieux serait Dans un lieu désertique D’installer ma vie Alors J’accueillerais toutes les cultures Dans mon champ ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :