Giovan_Battista_Marino[1]

 

Silence, ô Faunes,

Taisez-vous, Nymphes ;

Ne frappez pas

Le sol du pied

Ni de vos cris

Le ciel non plus ;

Que de vos gongs

Le bruit d’airain

Ne trouble point

Dorénavant

Le grand sommeil

De la Déesse !

 

Apaise-toi

Ô mer, et vous,

Ô vents, tombez ;

Que nul n’éveille

Vénus la belle

Qui se repose !

Qui que tu sois,

Dors, allons, dors !

Puisque je veux

Qu’un doux oubli

Se coule en toi

Grâce à mes pleurs

Qui pleurent tout bas.

Silence, ô Faunes,

Taisez-vous, Nymphes !

 

Traduit de l’italien par Sicca Vernier

in, « Poètes d’Italie. Anthologie, des origines à nos jours »

Editions de la Table Ronde, 1999

Du même auteur :

Ciel et mer / Tanquillita notturna (22/11/2019)

Polyphème et Galatée (22/11/2020) 

 

               Silenzio, o fauni,


               tacete, o ninfe;


               non percotete


               il suol col piede,


               il ciel col grido;


               né piú col suono


               de’ cavi bronzi


               interrompete


               l’alta quiete


               di questa dea.


               Férmati, o mare,


               cessate, o venti;


               non sia chi svegli


               Venere bella,


               che qui riposa.

 

               ............................

 

               Dormi pur, dormi,


               qualunque sei,


               ch’anzi vogl’io


               far che ti prenda


               piú dolce oblio


               al mormorio


               de’ pianti miei.


               Tacete, o ninfe;


               silenzio, o fauni!

 

(Arianna abbandonata)

 

Poème précédent en italien :

François Pétrarque / Francesco Petrarca  : « A chaque pas je me tourne en arrière... » / «  Io mi rivolgo indietro a ciascun passo... » (19/10/2021)