marinizm[1]

 Ciel et mer

 

Craton, songe à la mer maintenant que son flot

S’assoupit sur la grève et que le vent se tait ;

Vois la nuit dans le ciel déployer son manteau

Noir et bleu, fastueux, éclaboussé de gemmes.

 

Contemple toute nue et sans la moindre nue

Nager dans l’océan de l’espace étoilé

Et mêler la blancheur splendide de leurs corps

La Lune et tout autour les Nymphes du ciel.

 

Regarde brasiller sur ces plages distinctes

Et s’abattre, fondant une même splendeur :

Les étoiles-poissons et les poissons-étoiles.

 

Et la mer à nos yeux jusque dans ses abîmes

S’embrase et brille toute et apparaît si pure

Qu’on s’exclame : « La mer en ciel s’est transmuée »

 

Traduit de l’italien par Sicca Vernier

in, « Poètes d’Italie. Anthologie, des origines à nos jours »

Editions de la Table Ronde, 1999

 

 

Tranquillita notturna

 

     Pon’ mente al mar, Cratone, or che ’n ciascuna

riva sua dorme l’onda e tace il vento,

e Notte in ciel di cento gemme e cento

ricca spiega la vesta azurra e bruna.

 

 

     Rimira ignuda e senza nube alcuna,

nuotando per lo mobile elemento,

misto e confuso l’un con l’altro argento,

tra le ninfe del ciel danzar la Luna.

 

 

     Ve’ come van per queste piagge e quelle

con scintille scherzando ardenti e chiare,

vòlte in pesci le stelle, i pesci in stelle.

 

 

     Sí puro il vago fondo a noi traspare,

che fra’ tanti dirai lampi e facelle:

— Ecco in ciel cristallin cangiato il mare. —

Poème précédent en italien :

Roberto Veracini : Ce vent a un nom / Questo vento ha un nome (02/09/2019)