Bai_Ju_Yi_1_700x420_1_

Ni fleur ni brume

 

Fleur. Est-ce une fleur ?

Brume. Est-ce la brume ?

Arrivant à minuit,

S’en allant à l’aube.

Elle est là : douceur

     d’un printemps éphémère.

Elle est partie :

     nuée du matin, nulle trace

 

 

Traduit du chinois par François Cheng

In, « Poésie chinoise »

Editions Albin Michel (Les cahiers du Calligraphe), 2000

 

 

Un semblant de fleur,

Un semblant de brume.

S’en venant à minuit,

S’en allant à l’aurore.

S’en venant tel un rêve de printemps, fugace ;

S’en allant telle une nuée du matin, sans trace.

 

Traduit du chinois par Florence Hu-Sterk

in, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade), 2015

Du même auteur : « Haute et verte l’herbe est drue... » (29/12/2018)