ft9g500908_00011_1_

 

Je    suis   un   malade,   mon   père   le sait.

 

          Il   fait   nuit   et j’

                                                  

                                                   effroi ! –

 

          Comment crever (l’abcès) propre –

          ment ?   Bien   que   sécrétant   son

          propre   mystère,  la  mort   (même

          sous   sa   forme   pléonastique   ou

          sa    répétition)   n’ayant    plus   de

          secret    pour    personne…

                                                       je n’en

          grelotte   pas   moins   –  le   baro–

          mètre    étant,    à    ce   degré     de

          trouille,     la     peur     que      l’on

          communique.

          (Se     dire     que     « l’on     a    eu

          chaud »       (se      réfugier      dans

          cette     projection     de     souvenir

          et     en     sentir    la    protection).)

 

          On   est   perdu   (au   milieu)   (au

          centre)     de).     VIDE     parTOUT !

 

          L’angoisse      permettant      d’évi-

          ter    le    pire,    je    tente   de   me

          fabriquer    (hors    de    moi)    une

          grande     machine     infernale    et

          co(s)mique

                                    mécanique    silen-

          cieuse      (de    dessins    de    mots

          reproduits          (de            solides)

          emmanchés    les    uns    dans   les

          autres      n’ayant      plus      aucun

          relief      sonore,      aplatis     qu’ils

          sont     dans     l’épaisseur    de    la

          feuille    imaginaire    dont    l’opa-

          cité       ne       permet      d’ailleurs

          qu’une  perception   floue)

                                                          sour-

          noisement  remplacée  par  l’odeur

          de  la  chambre :  un  effluve  dou-

          ceâtre,     insinuant    –     qui    fait

          tourner     au     sur    l’alcool    que

          j’ai   dans   l’estomac.

 

 

CodeX, roman

Editions du Seuil, 1974

Du même auteur :

 « Je vis la mort à chaque instant… » (06/12/2014)

 « Tu perdras le sommeil… » (06/12/2015)

  « J’ai tellement eu faim… » (06/12/2016)