12 septembre 2022

Marin Sorescu (1936 – 1988) : Shakespeare

  Shakespeare   Shakespeare a créé le monde en sept jours. Le premier jour, il a créé le ciel, les montagnes et les gouffres de l’âme. Le deuxième jour, il a créé les fleuves, les mers, les océans ; Et tous les sentiments, Il les a donnés à Hamlet, à César, à Antoine, à Cléopâtre, à Ophélie. A Othello et à d’autres, Pour qu’ils soient à eux et à leurs descendants, Siècle après siècle. Le troisième jour, il a appelé l’ensemble des hommes Pour leur apprendre tous les goûts : Goût du bonheur, de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2022

Lucian Blaga (1895 – 1961) : Le chêne / Gorunul

  Le chêne   Dans la lumière du lointain j’entends battre tel un cœur la cloche d’une tour et c’est comme si ce tintement si doux faisait couler en mes veines gouttes de silence au lieu de sang.   Ô chêne à l’orée de la sylve, pourquoi suis-je accablé par cette paix aux ailes molles lorsque je repose sous ton ombrage, dans la caresse de tes feuilles folâtres ?   Qui sait ? – Il se pourrait bien que ton tronc eût à fournir avant longtemps le bois de mon cercueil, et le silence que je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2021

Benjamin Fondane / Fundoianu (1898 – 1944) : Sinaïa / Sinaia

  Sinaïa II   Les montagnes font un tourbillon d’eau contre ta joue ; tu en détaches le bouquet mouillé sur les sapins aux genoux ployés, à la crinière de nuit, chevaux rétifs, hennissants et captifs. Sur les bords de l’étang aux longs cils, je sais des rires de femmes engloutis et des regards limpides verdis comme la terrine. Une flamme annonce l’imminence du vide, et le chemin cerne l’étang, comme un couteau. Que de sang ! Le temps, le temps éclate sur le couchant ; la forêt a ce soir la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2021

Lucian Blaga (1895 – 1961) : « Je ne piétine pas la corolle de merveilles du monde » / » Eu nu strivesc corola de minuni a lumii

  Je ne piétine pas la corolle de merveilles du monde et je n’assassine point de mes raisonnements les mystères que je croise sur ma route, dans les fleurs, dans les yeux, sur les lèvres ou sur les tombes. La lumière des autres étouffe le charme impénétrable qui se cache au profond des ténèbres mais moi, moi avec ma lumière j’amplifie le mystère du monde – comme les rayons blancs de la lune n’éteignent point mais au contraire avivent l’obscur frémissement de la nuit, de même j’enrichis moi aussi l’horizon ténébreux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2021

Tristan Tzara (1896 – 1963) : Doutes / Indoieli

Tristan Tzara, par M.H. Maxy   Doutes   J’ai tiré le vieux rêve de sa boîte comme tu le fais d’un chapeau quand tu te fais beau dan ton habit à nombreux boutons comme tu tires le lièvre par les oreilles de ton carnier quand tu reviens de la chasse Comme tu choisis la fleur d’entre les mauvaises herbes et l’ami d’entre les courtisans   Voici ce qui m’est arrivé Lorsque le soir vint tout doucement comme un insecte Bon pour beaucoup comme un remède, quand j’allume dans mon âme un feu de bois mort Je me suis... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2021

Ion Pillat (1891 – 1945) : Dans la vigne / În vie

  Dans la vigne   La vigne sent encore le muscat, sa patine, Le jus de pêches mûres la feuille crue de noyer... Dans le bocage les bécasses vont vers d’autres étés ; Que me veut donc l’automne qui me rappelle sur la colline ?   Ce n’est pas encore le soir, mais bien mûr est le jour, Et le soleil doré, comme un beau coing mûrit. Maintenant - chenille noire - monte vers lui, Sur le pont de l’Argeș, se traînant, un train lourd.   La forêt se vêt des couleurs de la joie. A travers les feuilles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2020

Benjamin Fondane / Fundoianu (1898 – 1944) : Herța

Marcel Iancu : Fundoianu, 1925   Herța   I Le bourg sent la pluie, l’automne et le foin. Le vent apporte du sable, bouillant, dans le poumon, et les filles attendent dans la ruelle sale le silence qui tombe sur chaque soir, et le facteur encapuchonné, lourd et indifférent. Des chariots pourchassés par la pluie sont passés, et le silence sur toute chose depuis longtemps moisit. Dans les maisons, des hommes simples parlent le yiddish. Des oies, chaussées de jaune, longent d’un pas lent une palissade ; écoute... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2020

Tudor Arghezi (1850 – 1889) : « Non, jamais l’automne... » / « Niciodată toamna... »

  Non, jamais l’automne...   Non, jamais l’automne n’a été aussi beau A notre âme avide d’une mort qui soulage. La plaine est couverte d’or et soie à nouveau, Et les arbres tissent des brocarts aux nuages. Les maisons amassées, cruches sans pareilles, Aux panses remplies d’un vin gros et très fort, Sont là sur la rive du fleuve de soleil, A la vase duquel nous avons bu tant d’or.   Les oiseaux noirâtres filent vers l’occident Comme la feuille malade du charme dur Qui vite se dépouille, bien haut secouant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :