20 juin 2017

Fernando Pessoa (1888 – 1935) : Le Gardeur de troupeaux / O Guardador de rebanhos (I -X)

  Le gardeur de troupeaux  I  Jamais je n’ai gardé de troupeaux, Mais c’est tout comme si j’en  gardais. Mon âme est semblable à un pasteur, elle connait le vent et le soleil et elle va la main dans la main avec les Saisons, suivant sa route et l’œil ouvert. Toute la paix d’une Nature dépeuplée auprès de moi vient s’asseoir. Mais je suis triste ainsi qu’un coucher de soleil est triste selon notre imagination, quand le temps fraîchit au fond de la plaine et que l’on sent la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2016

Antonio Ramos Rosa (1924 – 2013) : Quand la lumière s’efface… / Quando a luz se apaga

  Quand la lumière s’efface… A Yves Bonnefoy   Quand la lumière s’efface presque complètement quand les lumières respirent encore quand les drapeaux s’inclinent quand les homme se taisent quand l’esprit se meut lentement dans le silence quand la mer et le soleil se conjuguent dans la nuit à travers les ombres qui respirent quand la lumière efface en toi la dernière lueur du jour et que tu entres dans le silence de la nuit avec le soleil sous les eaux dans le silence de la nuit.   Traduit  du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2016

Fernando Pessoa (1888 – 1935) : Passage des heures / Passagem das horas

  Passage des heures 25 mai 1916 Je porte dans mon cœur comme dans un coffre impossible à fermer tant il est plein, tous les lieux que j’ai hantés, tous les ports où j’ai abordé, tous les paysages que j’ai vus par des fenêtres ou des hublots, ou des dunettes, en rêvant, et tout cela, qui n’est pas peu, est infime au regard de mon désir.   L’entrée de Singapour, au petit jour, de couleur verte, le corail des Maldives dans la touffeur de la traversée, Macao à une heure du matin… Tout à coup je m’éveille… ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2015

Antonio Ramos Rosa (1924- 2013) : Une voix / Uma voz

  Une voix   Je veux appartenir à la voûte obscure comme un amant désarmé, devenir le souffle du silence sur les épaules des nuages. Je veux adhérer à l’ombre des paroles du feuillage et comprendre la terre dans la soie farouche du désir.   Traduit  du portugais par Michel Chandeigne, in « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie » Editions Gallimard (Poésie), 2010 Du même auteur : La femme dilacérée / A mulher dilacerada (02/09/2014) Quand la lumière s’efface… / Quando a luz se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2015

Fernando Pessoa (1888 – 1935) : Ajournement / Adiamento

  Ajournement   14 avril 1928.   Après demain, oui, après-demain seulement... Je passerai la journée de demain à penser à après-demain, et ainsi ce sera possible ; mais pas aujourd’hui... Non, aujourd’hui pas moyen ; impossible aujourd’hui. La persistance confuse de ma subjectivité objective, le sommeil de ma vie réelle, intercalé, la lassitude anticipée et infinie, un monde de lassitude pour prendre un tram... cette espèce d’âme... ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2014

Antonio José Da Silva (1705 – 1739) : Le mort vivant

Le mort vivant   Je suis, ô Taramelle, un vivant mort, Car pour toi je m’imagine mort et vivant, Mais ne croit pas que je vis parce que je suis vivant, Puisque, bien que vivant, je suis mort.   Dans la fosse de ton dédain, tu m’enterres mort, Par un signe de ta faveur, tu me ranimes vivant. Si tu me caresses, je m’éveille comme un vivant, Si tu me repousses, je me refroidis comme un mort.   Dans ce combat, tantôt mort, tantôt vivant, Dans la vie, par une faveur, tu me ranimes mort, Dans la mort, par un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2014

Antonio Ramos Rosa (1924- 2013) : La femme dilacérée / A mulher dilacerada

La femme dilacérée Tu avais le goût de la terre sombre et de l'amère écume d'un arbre. J'ai découvert ton visage sali travaillé par le vent et les marées noires. Un tournesol nuageux te faisait de l'ombre. Ton visage se penchait sur une épaule matinale dilacérée. Tes jambes fermes étaient d'atroces nerfs enracinés dans la pierre. Sur tes seins neutres rebondissaient les vagues lourdes et les métaux furieux. Le monde s'était obscurci dans tes hanches dilacérées Tel un oiseau nocturne en des miroirs abolis tu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2014

Fernando Pessoa (1888 -1935) : À la veille de ne jamais partir / Na véspera de não partir nunca

27 septembre 1934   A la veille de ne jamais partir du moins n’est-il besoin de faire sa valise ou de jeter des plans sur le papier, avec tout le cortège involontaire des oublis pour le départ encore disponible du lendemain. Le seul travail, c’est de ne rien faire à la veille de ne jamais partir. Quel grand repos de n’avoir même pas de quoi avoir à se reposer ! Grande tranquillité, pour qui ne sait même pas hausser les épaules devant tout cela, d’avoir pensé le tout et d’avoir de propos délibéré atteint le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :