6512bd43d9caa6e02c990b0a82652dca[1]

 

Amour solaire

 

Lassé des hommes j’écarte les nuages

Cherchant un arbre où je pourrais

Boire en paix et en paix

Edifier mon nid. Là

Sur le tronc le plus silencieux de la grande maison

Je ne suis citoyen d’aucun pays

Ni père d’aucune famille

Je suis simplement le plus humble chien

Du monde existant au-delà du monde

Où l’on mesure au millimètre près

Le bien et le mal. Mais je ne suis plus

Dans cette cour je me suis éloigné

Quand j’ai perdu le sens exact du poids

Et des mesures – quand quelqu’un m’a dit

Et je l’ai vu

Que dans une goutte de vin il y a mille ans

D’amour solaire.

 

Traduit du portugais par Michelle Giudicelli

in, « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

Du même auteur :

 « Assis dans la mer... » / « Sentado no mar...» (31/12/2019)

Dimanche / Domingo (31/12/2020)

 

Amor solar

 

Cansado dos homens afasto as nuvens

Em busca de uma árvore onde eu possa

Neber em paz e em paz

Construir o meu ninho. Ali

No tronco mais silencioso da grande casa

Não sou cidadão de país nenhum

Pai de nenhuma familia

Sou apenas o cão mais humilde

Do mundo que há para além do mundo

Onde se medem ao milímetro

O bem o mal.Nesse pátio

Já não estou afastei-me

Quando perdi o sentido do peso

E das medidas – quando alguém me disse

E eu vi

Que numa gota de vinho há dez mil anos

De amor solar.

Poème précédent en portugais :

Gastão Cruz : Dans la lumière de l’été /Na luz do verão (26/12/2021)

Poème suivant en portugais :

Antonio Ramos Rosa : Le bœuf de la patience /O boi da patiência (19/02/2022)