26 mars 2016

Marcel Moreau (1933 - 2019) : « Un livre devrait s’ouvrir… »

  Un livre devrait s’ouvrir comme le corps d’une femme qui n’en peut plus d’attendre l’envahissement promis. J’écris, donc j’écris en sorte que le corps du désir de mots n’en puisse plus d’attendre son envahissement par un sens, au point d’en précipiter, à tout prix la survenue. Il y a urgence. J‘écris et, pour le coup, l’intra-utérin est mon royaume, l’ovulation en moins. Je ne veux plus faire d’enfants, sauf à cette sensation, matricielle en toutes et en même temps terriblement lascive, qu’écrire ne vaut que par la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2016

William Cliff (1940 - ) : Trajet Namur- Charleville

  Trajet Namur – Charleville   les eaux de la Meuse étaient violentes on voyait des morceaux de bois flotter et tourner dans le courant on voyait les éclusiers perchés sur les barrages lever les poutrelles pour que le fleuve coule plus vite et ne déborde pas en France et en Belgique les barrages qu’ils soient manuels ou automatiques étaient partout levés en sorte que l’eau brunie par la boue coulait très vite les torrents écumaient en rabotant les flancs schisteux de l’Ardenne où la Meuse par grands méandres... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2016

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : Le vent

  Le vent   Sur la bruyère longue infiniment, Voici le vent cornant Novembre, Sur la bruyère, infiniment,            Voici le vent, Qui se déchire et se démembre, En souffles lourds, battant les bourgs,             Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre.          Aux puits des fermes, Les seaux de fer et les poulies  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 octobre 2015

Jean – Pierre Verheggen (1942 - ) : Poème avec hareng – gros – gros – cros

  Poème avec hareng – gros – gros – cros   Un hareng que le Poète choisira gros - gros – gros et même bouffi – bouffi – bouffi une sorte de hareng – outang baraqué fitness mais qu’il sortirait de sa saumure – mure – mure avec délicatesse pour le dévorer à pleins crocs – crocs – crocs et satisfaire ainsi son appétit gros – gros – gros ! Un hareng bien choisi qu’il accompagnerait d’un beau saumur – mur- mur- champigny (cette fois-ci) Un hareng excellent, bouvard et bien rogué, et surtout bien éduqué, un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2015

Marc Rombaut (1939 - ) : « La nuit s’est battue toute la nuit… »

  La nuit s’est battue toute la nuit contre la nuit. Au lever du jour, la terre avait le visage de ses transes nocturnes. Il lui a fallu tuer tant de fantômes qu’elle s’étonna de la joie sereine de l’aube. Tout prenait forme, couleur, goût, odeur de bonheur, d’amour, de jour. Une respiration nouvelle s’emparait d’elle, une aspiration à être.     Tu t’ouvres comme la paume du soleil. Interdit je me jette en toi ; âpreté de ma bouche           dévoreuse. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2015

Werner Lambersy (1941 - ) : « Peu à peu se fait se ferme se défait le texte… »

    Peu à peu se fait se ferme se défait le texte l’espace enveloppe puis dissout au-delà de la nuit ce qui dépasse le mince alignement des barrières de l’encre rend nul ce mouvement de marée derrière la mémoire l’immobile saisit bien avant le durcissement des muscles la mort n’a pas d’ombre elle est regard qui ne regarde rien noire transparence inexplicable (plus loin le blanc caillé de l’air où tremble la voix) ainsi a-t-on cru pouvoir lire quelques signes   cris jambages graves du silence menhirs de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2015

Hubert Juin (1926 - 1987 ) : L’Aube brève

  L’Aube brève    Ils passaient au-delà de la ligne des eaux si loin que l’horizon courbe perdait le sens se retournait se détournait se couvrait de corail plongeait dans la profondeur opaque se dissimulait aux regards Nous devenions multiples chacun un océan une épopée la guerre insidieuse du sang porté aux tempes par les    servantes attentives Cependant nous vivions hors de vue dans l’oubli feuillu, à la chair tendre   Venaient les libations des fêtes impériales les défilés entre les rocs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juillet 2015

Gaspard Hons (1937 - ) : « celui qui aime… »

  celui qui aime volets clos pierre du pays ce langage que ceux-là ne parlent pas – ne parlent jamais ils disent volets pierres pays, en murmurant mais se comprennent – comprennent abeille cendre gel vol d’oiseaux cloche du soir du labeur cloche brisée le petit garçon est mort, le vieux s’en va la vie : continue le champ attend   celui qui aime parle à voix basse : ciel gris nuit de veille fuite grive lièvre et fougère cachent celui et forêt et rivière. Ils se comprennent celui est roi en terre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juin 2015

Maurice Maeterlinck (1862-1949) : « Et s’il revenait un jour… »

  S’il revenait un jour        Que faut-il lui dire ? – Dites-lui qu’on l’attendit        Jusqu’à s’en mourir... Et s’il m’interroge encore        Sans me reconnaître ? – Parlez-lui comme une sœur,        Il souffre peut-être... Et s’il demande où vous êtes        Que faut-il répondre ? – Donnez-lui mon anneau d’or ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2015

Yves Namur (1952 -) : « La nuit, certains quittent leur lit… »

               La nuit, certains quittent leur lit et l’on se dit simplement qu’ils sont somnambules et que cela passera peut-être avec le temps, que l’âge arrangera tout çà.      D’autres se lèvent aussi, mais on ne sait pas trop vers où ils marchent et ils ne semblent jamais regagner leur lit. On se dit alors que ceux-là vont marcher jusqu’au bord du visible, jusqu’au bord inespéré du visible.   Dieu ou quelque chose comme ça Editions Lettres vives, 2008
Posté par bernard22 à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :