AKG4554060[1]

 

Il y avait toujours des enfants

dans ce petit coin de vent triste

à l’ombre d’un talus très nu

surmonté d’un vieux mur oblique

 

restait le butoir d’une ancienne voix ferrée

où s’était garée la locomotive imaginaire

de l’enfance et le vent pensif et lent

tournait autour de son fantôme

 

aujourd’hui je suis revenu voir

si c’est toujours la même souffrance

légère et tendre de s’asseoir

au pied du talus quand le soir descend

 

je n’ai surpris qu’une petite fille elle danse

toute seule on ne l’attend nulle part

personne ne sait comment elle s’appelle

ni quel dieu lui fit don de ses ailes

 

 

La Boîte à musique,

Editions La Table ronde, 2004

 

Du même auteur :

« Je ne vais pas bien loin… » (20/10/2014)

« j’écris dans la cuisine » (01/11/2016)

Blues du déraciné (14/05/2019)