Peter-Huchel-davide-racca_338[1]Peter Huchel par Davide Racca

 

Île du Sud

Pour Walter Jens

 

Ile de rochers,

Ile de tortues,

La pierre fendillée respire telle un volcan,

Là où sous les sources

La terre attise son feu sombre.

 

Des agaves lèvent les lances,

Portent l’éponge trempée de vinaigre

A la bouche assoiffée du ciel.

 

Piazza déserte.

Midi frappe

Le cercle brûlant

Avec le compas du soleil.

Sur le toit en terrasse,

L’aire de la pluie,

Sèchent des figues et des grappes de raisin.

Les citernes sont vides.

Quand le bateau-pompe noir jette-t-il l’ancre ?

 

A travers le ressac du crépuscule

Les pêcheurs hissent leur barque.

Vitreuse,

Ente les pierres

La méduse de mer.

Ton œil que les pieux ont fermé

Lui, pauvre cyclope.

Tu ne vois plus

Le tremblement de la lampe

Sous la charrette,

L’âge

D’étoiles brillantes

Au-dessus de l’île.

 

 

Traduit de l’allemand par Emmanuel Moses

In, Peter Huchel : « La tristesse est inhabitable »

Editions de La Différence (Orphée), 1990

Du même auteur :

Exil (16/04/2015)

Ferme Thomasset (16/04/2016)

« Sous la houe brillante de la lune… » / Unter der blanken Hacke des Monds… » (16/0420/17)

Origine / Herkunft (16/04/2018)

Le tombeau d’Ulysse / Das Grab des Odysseus (16/04/2019)

Le moissonneur polonais / Der polnische schnitter (16/04/2020)

Znorovy (16/04/2021)

 

Südliche insel

Für Walter Jens

 

 

Felsrunde Insel,

Schildkröteninsel,

Vulkanish atmet der rissige Stein,

Wo unter den Quellen

Die Erde ihr düsteres Feuer Schürt.

 

Agaven heben die Lanzen,

Drücken den Essigschwamm

An den dürstenden Mund des Himmels.

 

Ode Piazza.

Der Mittag schlägt

Mit dem Zirkel der Sonne

Den heißen Kreis.

Auf flachem Dach,

Der Tenne des Regens,

Dörren Feige und Traube.

Die Zisternen sind leer.

Wann ankert das schwarze Wasserschiff ?

 

Durch die dämmernde Brandung

Stemmen Fischer ihr Boot.

Glasig,

Zwischen den Steinen,

Des Meeres Meduse.

Es glänzt, armer Zyklop,

Dein ausgepfähltes Aug.

Du siehst nicht mehr

Das Schwanken der Lampe

Unter dem Karren,

Den Pflugbaum

Aus flimmernden Sternen,

Der über der Insel steht.

 

Chausseen, Chausseen

Fischer Verlag, Frankfurt, 1963

 

Poème précédent en allemand :

Johannes Kühn : Migration vers le sud / Südflug (12/04/2022)

Poème suivant en allemand :

Heinrich Heine : Questions / Fragen (06/06/2022)