220px-BnF_ms

 

Si tous les deuils et les pleurs et les malheurs

et les douleurs et les pleurs et les misères

qu’à connu ce monde douloureux

étaient mis ensemble ils sembleraient légers

devant la mort du jeune roi anglais

dont restent prix et jeunesse douloureux

le monde obscur éteint et ténébreux

privé de joie plein de tristesse et de peine

 

Douloureux et tristes et pleins de malheur

sont demeurés les courtois soldats

et les troubadours et les jongleurs gracieux

en la mort ils ont eu un mortel ennemi

qui leur a pris le jeune roi anglais

près de qui les plus généreux étaient avares

il n’y aura ni je ne crois qu’il fut

face à ce deuil au monde tels pleurs ni peine

 

Destructrice mort pleine de malheur

tu peux te vanter que le meilleur chevalier

tu as pris au monde qui jamais fut

car il n’est rien de ce qui implique Prix

qui n’était en le jeune roi anglais

mieux eût valu avec l’assentiment de Dieu

qu’il vive que tant d’ennuyeux

qui n’ont jamais causé aux nobles que douleur et peine

 

De ce monde mesquin plein de malheur

si l’amour s’en va je tiens la joie pour mensonge

rien n’y existe qui ne se change en brûlure

chacun jour s’avilit demain vaut moins qu’hier

prenez pour modèle le jeune roi anglais

qui était au monde le plus vaillant des nobles

il est allé son beau corps amoureux

et c’est douleur désolation et peine

 

A celui à qui il plut à cause de notre malheur

venir au monde pour nous tirer d’affliction

qui reçut mort pour notre salvation

comme à un seigneur bienveillant et juste

je demande grâce qu’au jeune roi anglais

il pardonne s’il lui plaît lui qui est vrai pardon

et le fasse être avec compagnons honorés

là où jamais douleur ne fut où il n’y aura jamais de peine

 

Adapté de l’occitan par jacques Roubaud

in, « Les Troubadours. Anthologie bilingue »

Seghers éditeur, 1980

 

Si tous les deuils, les pleurs, les douleurs

Et les maux, les peines, les dommages

Qu’on ait donc ouï en ce siècle dolent

Fussent ensemble, ils sembleraient tout légers

Près de la mort du jeune roi anglais,

Qui fait vaillants et jeunes douloureux,

Le monde obscur et sombre et ténébreux,

Privé de joie, plein de tristesse et d’ire.

 

Dolents et tristes et pleins de douleur

Sont demeurés les courtois soldats,

Les troubadours et les jongleurs plaisants.

Ils ont trouvé en Mort mortel guerrier

Qui leur a pris le jeune roi anglais

Auprès de qui fut le plus large avare.

Jamais l’on n’ aura et ne crois qu’on eut

Pour un tel deuil assez de pleurs et d’ire

......................................................................

 

Adaptée de l’occitan par France Igly

In, « Troubadours et trouvères »

Seghers, 1960   

Du même auteur : « Me plaît le joyeux temps de Pâques... » / « Be·m platz lo gais temps de pascor... » (16/11/2020)

 

   

Si tuit li doil e·il plor e·il marrimen

 

 

E las dolors e·il dan e·il chativier

 

 

C’om hanc agues en est segle dolen

 

 

Fossen ensems, sembleran tuit leugier

 

 

Contra la mort del joven rei engles

 

 

Don reman pres e jovenz doloiros

 

 

Escurs e tieins e negr’e tenebros,

 

 

Sems de tot joi, plens de tristor e d’ira.

 

 

 

 

 

Dolen e trist e plen de marrimen

 

 

Son remazut li cortes soudadier

 

 

E·il trobador e·l joglar avinen :

 

 

Trop an e Mort agut mortal guerrier

 

 

Qe tout lur ha lo joven rei engles

 

 

Vas cui eran li plus larc cobeitos.

 

 

Ja no er mais ni non crezatz q’anc fos

 

 

Vas aqest dol el segle plurs ni ira.

 

 

 

 

 

Estenta Mortz plena de marrimen,

 

 

Vanar te potz qe·l meillor cavalier

 

 

As tout del mond c’anc fos de nulla gen,

 

 

Qar non es res q’a pretz aia mestier

 

 

Qe tot non fos el joven rei engles ;

 

 

E fora miels, s’a Deu plagues razos,

 

 

Qes el visqes qe maint autr’enoios

 

 

Q’anc non feiron als pros mas dol e ira.

 

 

 

   

D’aqest segle flac, plen de marrimen,

 

 

S’amors s’en vai, son joi teing mensongier,

 

 

Qe no·i a ren qe non torn en cozen ;

 

 

Tot jorn veiretz qe val meinz oi qe ier.

 

 

Chascuns se mir el joven rei engles

 

 

Q’era del mond lo plus valenz dels pros :

 

 

Ar n’es anatz sos gentz cors amoros

 

 

Don es dolors e desconortz et ira.

 

 

 

 

 

Celui cui plac per nostre marrimen

 

 

Venir el mond e nos trais d’encombrier

 

 

E receup mort per nostre salvamen,

 

 

Qom a segnor humil e vertadier

 

 

Clami merce q’al jove rei engles

 

 

Perdon si·l platz si con es vers perdos,

 

 

Qe·l fass’estar ab honratz compagnos

 

 

Lai on anc dol non ac ni mal ni ira.

 

Poème précédent en occitan :

Raimbaut de Vaqueyras  : Fête de mai / Kalenda maia (24/10/2021)