3137_10574464_0_1_

 

Le cor

I



J'aime le son du cor, le soir, au fond des bois,

Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,

Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille,

Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

 

Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré,

J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré !

Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques

Qui précédaient la mort des Paladins antiques.

 

O montagnes d'azur ! ô pays adoré !

Rocs de la Frazona, cirque du Marboré,

Cascades qui tombez des neiges entraînées,

Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées ;

 

Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons,

Dont le front est de glace et le pied de gazons !

C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre

Les airs lointains d'un cor mélancolique et tendre.

 

Souvent un voyageur, lorsque l'air est sans bruit,

De cette voix d'airain fait retentir la nuit ;

A ses chants cadencés autour de lui se mêle

L'harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.

 

Une biche attentive, au lieu de se cacher,

Se suspend immobile au sommet du rocher,

Et la cascade unit, dans une chute immense,

Son éternelle plainte au chant de la romance.

 

Ames des Chevaliers, revenez-vous encor?

Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ?

Roncevaux ! Roncevaux ! Dans ta sombre vallée

L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée !

 

Poèmes antiques et modernes

Urbain Canel, éditeur, 1826

Du même auteur :

 « Souvent dans les forêts de la Louisiane… » (05/05/2015)

 La Maison du berger (05/05/2016)

« Je suis celui qu’on aime... » (02/06/2018)