alfonso_gatto_png_1530186216_1_

 

Les soirs reviendront

 

Les soirs reviendront tiédir

dans le bleu les places, aux murs blancs

la lune, haut, montera de la mer

et dans la crue des jardins le vent

dru de maisons, d’arbres, d’étoiles

passera dans le grand air serein.

Reviendront en rêve jusqu’aux voix

des familles éclairées au dîner,

la rapide ivresse de leur rire.

 

Ô fenestrelles, puis, loggias, vitres

attachées à la vie, à la lueur

des frais plaisirs et de regrets,

ô lune neuve sur ma mémoire,

revenez comme l’aube avec ce chant

de mots perdus, avec ces sons

déchirants, ces baisers mordus dans le noir.

Soyez la pulpe rouge de la pastèque

fendue au milieu de la nappe blanche.

 

Traduit de l’italien par Bernard Simeone

In, Alfonso Gatto : « Pauvreté comme le soir »,

Editions La Différence (Orphée), 1989

Du même auteur :

A mon père / A mio padre (27/08/2017)

Mots / Parole (27/08/2018)

 

 Torneranno le sere

 

Torneranno le sere a intepidire

nell’azzurro le piazze, ai bianchi muri

la luna in alto s’alzerà dal mare

e nella piena dei giardini il vento

fitto di case, d’alberi, di stelle

passerà per la grande aria serena.

Torneranno nel sogno anche le voci

delle famiglie illuminate a cena,

la rapida ebrietà del loro riso.

 

 

O finestrelle, pozzi, logge, vetri

affacciati alla vita, allo spiraglio

delle fresche delizie e dei rimpianti,

o luna nuova sulla mia memoria,

tornate ad albeggiare con quel canto

di parole perdute, con quei suoni

struggenti, con quei baci morsi al buio.

Siate la polpa rossa dell’anguria

spaccata in mezzo alla tovaglia bianca.

 

Il capo sulla neve

Quaderni di Milano – Sera (N°2), Milano, 1947

Poème précédent en italien :

Dino Campana : Poésie facie / Poesia facile (20/08/2019)

Poème suivant en italien :

Roberto Veracini  : Ce vent a un nom / Questo vento ha un nome (02/09/2019)