miscelanea_gutierrez2_1_

 

Ulysse

A Antonio Muñoz Molina

 

Le soir se dépouille de ses pigeons

quand les ombres nous assaillent,

et la ville occulte ses peurs

comme une bête à l’affut qui attend la nuit

pour assouvir de vieilles rancoeurs contre ses fils ;

Sur les vieux murs, souillés par la pluie,

les réclames sombres de la mort

sous un ciel de mars sans contrastes.

Nous parcourons les rues tel un rite,

solitaires et absents, à la recherche

du visage qui nous sauvera, nous terrassera.

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet

In, " Poésie espagnole, anthologie 1945 – 1990"

Actes Sud / Edition Unesco,1995

Du même auteur :

Du renoncement / De la renuncia (03/02/2016)

La mort que je n’ai pas eue (03/02/2017)

Paysage varié de l’amour / Vario paisaje del amor (03/02/2018)