adb_portrait_main_sur_paroi_2_1_

 

Nivellement

 

Je conserve le souvenir de la rosée sur cette route

où je ne me trouve pas,

                                       dans le désespoir du vent

           qui renoue.

 

 

                       Ce ciel, dans le lieu en poudre que

révèle la fin de son souffle.

 

 

Dans l’étendue,

                             même endormi, que je retrouve

           devant moi, hier j’ai respiré.

 

 

Reçu par le sol, comme l’étendue de la route que

je peux voir.

 

 

       Je reste longuement au milieu du jour.

 

Dans la chaleur vacante,

Editions du Mercure de France, 1959

Du même auteur :

Cession (26/06/2016)

Le moteur blanc (09/07/2017)