andre_du_bouchet_w627_h627_bg[1]© Pieter van der Meer

 

Ou le soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     Où le soleil

–   le  disque  froid  de  la  terre,  le  disque  noir  et

piétiné, où le soleil a disparu  –  jusqu’à l’air,  plus

haut, que nous n’habiterons pas.

 

 

                                            Sombrant, comme le soleil,

que  nous  ayons  disparu – le  travail  du  soleil  –  ou

avancé encore.

 

 

                      Jusqu’à nous  –  chemin raboteux au front.

 

 

                             .

                              J’ai couru avec le soleil qui disparaît

 

 

 

 

           Lumière, j’ai eu pied.

                                Jusqu’à l’air que nous ne respirons

pas  –  jusqu’à nous.

 

 

                                   Demain  –  déjà comme un nœud

dans le jour. Le vent arrêté retentit.

 

 

 

 

 

                               Comme, au-dessous de la figure

     de l’air

                       épars, dans les terres sur elles retournées,

paille, elle, que le vent cherche, toujours.

 

 

 

                 S’arrache, comme j’avance  –  s’arrache à ses

lointains, le nouveau sol ajouré.

 

 

                                     Jusqu’à ce sol habité sous le pas,

qui tarit  – sous le pas seulement.

 

 

                                                   Comme le regard

de ce que je n’ai pas vu  –  et en avant.

 

 

                     Sous le pas, seulement, accueillant au jour.

 

 

 

 

 

La face  d’eau  des  glaciers.  La  face  de  l’eau  debout

dans le jour.

 

 

 

 

                       Mais  la  terre,  comme  je  cours  encore,

est arrêtée au-dessous du vent.

 

 

 

 

Par  les  pierres  des  chemins  sans  eau. Les  pierres  à

moitié.

 

 

                                                    Dans le jour en poudre,

et  du  même  pas – sur nous,  froid,  et  souffle, comme

en suspens.

 

 

 

 

A  travers  ce  que  donne,  au  loin,  une  foulée  encore

(fardeau masquant le feu,

                                               la fraîcheur)

 

 

 

 

                                                                            L’air  – 

sans  atteindre  au  sol,  seulement    –     sous  la  foulée,

revient.

 

 

Ou le soleil

Editions du Mercure de France,1968

Du même auteur :

Cession (26/06/2016)

Le moteur blanc (09/07/2017)

Au deuxième étage (09 07/18)

Ici en deux (09/07/2019)

Sur le pas (09/07/2020)

Dans la chaleur vacante (01/01/2021)

Sol de la montagne (09/07/2021)

Face de la chaleur (01/01/2022)