leiris_1_

 

Hymne

 

Par toute la terre

lande errante

où le soleil me mènera la corde au cou

j'irai

chien des désirs forts

car la pitié n'a plus créance parmi nous

 

Voici l'étoile

et c'est la cible où la flèche s'enchâsse

clouant le sort qui tourne et règne

couronne ardente

loterie des moissons

 

Voici la lune

et c'est la grange de lumière

 

Voici la mer

mâchoire et bêche pour la terre

écume de crocs

barbes d'acier luisant aux babines des loups



Voici nos mains

liées aux marées comme le vent l'est à la flamme

Voici nos bouches

et l'horloge de minuit les dissout

 

quand l'eau-mère des ossatures

 

dépose les barques temporelles aux baies tranquilles de l’espace

et te fait clair comme un gel

 

ô brouillard tendre de mon sang

 

 

Haut-Mal

Editions Gallimard, 1943

Du même auteur :

Liquidation (25/06/2014)

 Les veilleurs de Londres (25/06/2015)

Léna (25/06/2016)

Présages (08/07/2017)