andredubouchetTM12[1]

 

Sol de la montagne

 

SOL DE LA MONTAGNE

 

 

Le courant force

 

se risquer dans le jour

comme dans l’eau

froide et blanche

 

dure

pour le motocycliste

 

comme un couteau déplacé par le souffle

 

les montagnes sortent à peine de terre

 

quand la route casse

je change de pied

 

elle est couverte de neige

 

LE FEU ET LA LUEUR

 

 

 

 

Cette profondeur,

                                                 cette surface dont un champ

                                 compose l’aile.

 

                                                         Le jour, papillon glacé.

 

J’ai suivi le jour, je l’ai traversé, comme on traverse les

terres

 

                    Matière froide

 

                    éparse

 

                    matinée froide

                    éparse

 

                    tout s’est refait

                    déchiré

                    ce qui est aujourd’hui

 

                    d’un autre registre

 

                    sous ces froides tentures

 

                    sur le plateau des terres.

 

 

 

 

 

 

Au début de la poitrine froide et blanche où ma phrase 

se place,

                    au-dessus du mur, dans la lumière sauvage.

 

A la fois le vent et le corps de la pierre, bec par où la

terre se dessine, ou plutôt disparaît.

 

Dans l’immense feu blanc qui me sert de chambre,

l’air manque, l’air demeure aride.

 

                    Paroi d’air

                    au-dessous de la terre soulevée

 

                    hors des atteintes de l’air

 

                    tout est détruit

 

                    comme un peu d’air

                    dans une main ouverte

 

                    montagne

 

                    presque rien

 

                    montagne

                    dont nous suivons la montée

                    vert-de-grisée.

 

 

METEORE

 

 

 

 

 

 

L’absence qui me tient lieu de souffle recommence à

tomber sur les papiers comme de la neige. La nuit

apparaît. J’écris aussi loin que possible de moi.

 

 

RELIEF

 

 

                    Aujourd’hui la lampe parle

 

                    elle a pris une couleur

                    violente

                    tout éclate et rayonne

                    et sert

                    jusqu’aux miettes

 

                    la soucoupe blanche

                    que je vois sur la table

                    que l’air modèle

 

                    la vérité morte

                    froide

                    vivante maintenant

 

                    et sans arrêt

 

                    à voix haute.

 

 

 

 

 

 

                    La neige de notre respiration

                    fond

 

                    vivant.

 

                    au ralenti

 

                    comme un table

 

                    dans la lumière sauvage de l’écorce.

 

                    nature vivante

                    déjà hier

                    sur un rayon

 

                    avec des vêtements secs

 

                    Sûr de refleurir

 

                    rien ne dérangera

                    l’ombre

                    de ma chambre

 

                    avec des seaux de froid

                    en haut

                    d’une montagne d’air

                    qui ressemble à un seau

 

                    elle tremble

                    comme une lampe

 

                    j’éclaire

 

                    je vois

 

                    des lettres

 

                    sur cette table

                    sauvage.

 

 

ACCIDENTS

 

 

 

               J’ai erré autour de cette lueur.

                                                                   Je me suis

déchiré, une nouvelle fois,  de l’autre côté de ce mur,

comme l’air que tu vois,

                                          à cette lueur froide.

De l’autre côté du mur, je vois le même air aveuglant.

 

                                     Dans le lointain sans rupture,

comme l’étendue même de la terre entrecoupée que,

plus loin, je foule, nul ne sent la chaleur.

 

Nous serons lavés de notre visage, comme l’air qui

couronne le mur.

 

 

LE MUR SUIVANT

 

 

 

 

A l’extrémité du jour,

                                          du souffle, où la terre débute,

cette extrémité qui souffle. J’atteins le sol au fond de ce

souffle,

                                  le sol grandissant.            L’air est

plus froid que la route.

 

Le plafond se résout, plus il s’éloigne du sol piétiné, en

une vapeur que déchire la tête froide du vent.

 

                                     L’air sans chaleur ne croule pas.

 

 

L’AIR SOUDAIN

 

 

Au   pied   de   ce   mur    que    l’ombre    défait, l’ombre

attend,

             de ce ciel.

 

Cette blancheur furieuse, la nuit,

                                                       le souffle

                                                   qui me sépare de mon lit.

 

L’horizon diffus,

                              à la coupure du souffle. J’avance dans

                                                             le jour retentissant.

 

                                      La maison s’anime. L’air se fend.

 

 

FRACTION

 

 

 

 

Le lointain est moins distant que le sol, le lit mordant

de l’air,

              où tu t’arrêtes, comme une herse, sur la terre

rougeoyante.

 

Je reste au-dessus de l’herbe, dans l’air aveuglant.

 

Le sol fait sans cesse irruption vers nous,

                                             sans que je m’éloigne

            du jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                        Rien,

aujourd’hui, n’est foulé.              Je ne subsiste pas

         dans l’air nu.

 

Sur cette route qui grandit.

 

Dans la chaleur vacante,

Editions du Mercure de France, 1959

Du même auteur :

Cession (26/06/2016)

Le moteur blanc (09/07/2017)

Au deuxième étage (09 07/18)

Ici en deux (09/07/2019)

Sur le pas (09/07/2020)

Dans la chaleur vacante (01/01/2021)