August_von_Platen_by_Moritz_Rugendas_1_

 

A l’ami allemand, guidé par les étoiles

Vers cette Cité en son île parmi l’écume de la mer,

Que ce petit livre serve de souvenir,

Lorsqu’il longera les rives de la Lagune,

Lorsque l’amour et l’art lui donneront de belles heures,

Lorsqu’il sera étendu à rêver dans une gondole ;

Qu’il puisse l’ayant lu se dire doucement :

Ici j’ai senti battre un cœur devant moi !

 

Traduit de l’allemand par Dominique Le Buhan et Eryck de Rubercy

In, August Von Platen : « Sonnets d’amour et sonnets vénitiens »

Editions la Différence (Orphée),1993

 

Dem  deutschen Freunde, den die Sterne lenken

Zu dieser Inselstadt vom Meer beschäumet,

Sei diese kleine Buch ein Angedenken,

Wenn er am Ufer der Lagune säumet,

Wenn Lieb und Kunst ihm schöne Stunden  schenken,

Wenn er, gestreckt in einer Gondel, träumet;

Und legt er’s weg, so mag er leise sagen:

Hier hat vor mir ein fühlend Herz geschlagen!

 

Sonette aus Venedig

1824

Poème précédent en allemand :

Johann Wolfgang von Goethe : Chant de tempête du voyageur / Wanderers Sturmlied (23/06/2017)

Poème suivant en allemand :

Nelly Sachs  : « Rêve surcroît du dormeur… / « Traum der den Schlafenden… » (16/09/2017)