12_1_

 

Avec ce coeur de soufre et cette chair d’étoupe,

Avec ces os qui sont pareils à du bois sec,

Avec une âme qui dédaigne freins et rênes,

Avec un désir prompt et trop ardent, avec

 

Une raison aveugle, débile et boiteuse

Et les gluaux, les pièges dont le monde est plein,

Ce n’est pas grand merveille si, en un éclair,

Je flambe au premier feu qu’on rencontre en chemin.

 

Si pour l’art, qui demande le secours du ciel,

Mais triomphe avec lui de la Nature, encore

Qu’elle imprègne tout lieu, je ne suis né ni sourd

 

Ni aveugle, et suis par là même à la hauteur

De qui m’a dérobé, puis incendié le cœur,

La faute en est à qui m’a voué à brûler.

 

Traduit de l’italien par Pierre Leyris

1n « Michel-Ange, poèmes »,

Editions Mazarine, 1984 

Du même auteur :

« A travailler tordu… » / « I’ ho già fatto un gozzo… » (14/01/2016)

« Quelle mordante lime… » / « Per qual mordace lima… » (14/01/2018)

« Tout ce qui naît ... » / « Chiunche nasce... » (14/01/2018)

 

 

 Al cor di zolfo, a la carne di stoppa,

A l’ossa che di secco legno sièno;

A l’alma senza guida e senza freno

Al desir pronto, a la vaghezza troppa;

 

A la cieca ragion debile e zoppa

Al vischio, a’ lacci di che ’l mondo è pieno;

Non è gran maraviglia, in un baleno

Arder nel primo foco che s’intoppa.

 

A la bell’arte che, se dal ciel seco

ciascun la porta, vince la natura,

quantunche sé ben prema in ogni loco;

 

S’i’ nacqui a quella né sordo né cieco,

Proporzionato a chi ’l cor m’arde e fura,

Colpa è di chi m’ha destinato al foco.

 

Poème précédent en italien :

Giacomo Leopardi : Le soir du jour de fête /La sera del dì di festa (20/12/2016)

Poème suivant en italien : 

Cesare Pavese : La terre et la mort / La terra e la morte (18/04/2017)