Yves-copy[1]Editions Diabase

 

Permanence des signes

 

le temps qu’on accorde aux morts

dépend du jour et de l’heure

et dans les minutes précises

où l’on s’attarde pour les voir

leur silence et leur beauté

ensemble

tressent dans la toison de la lumière

au coin d’une maison fugitive

le cœur fait d’oiseaux d’une lampe votive

dont nul vent n’infléchit la flamme

une fois encore les amis sont présents

plus proches d’être plus légers

plus aimés de ne plus répondre

que par gestes de duvet

que par ombre et clarté secrètes

sans qu’un autre bruit que celui de l’air

et celui de l’eau

vienne déranger la pure ordonnance

des choses

 

Tête cruelle,

Editions Calligrammes, Quimper, 1982

Du même auteur :

Pencran (23/12/2014)

Dans un pays de lointaine mémoire (08/03/2016)

Dédicace (09/03/2017)

Les barbares barattent (09/03/2018)

Au pays du sel profond (24/06/2020)

Flèche (24/06/2021)