Arnaut_de_Mareuil[1]

 

Dame, plus belle que ne sais dire,

Pour qui souvent geins et soupire,

Cet ami vôtre, si bon et tendre,

Assez savez lequel entendre,

Vous fait transmettre son salut.

................................................

 

Amour m’a commandé d’écrire

Ce qu’avec la bouche n’ose dire.

Je n’ose enfreindre ni esquiver

Les choses qu’amour m’a commandées.

Or écoutez, dame, je vous prie,

Ce que ma lettre va vous dire.

....................................................

 

Quand m’arrive souvente fois

Que crois entendre une autre voix,

De vous, ai message courtois,

Mon cœur, qui là-bas est votre hôte,

Me vient de vous en messager,

Me rappeler et me repeindre

Votre gent corps joli et tendre,

Et votre blonde chevelure,

Et votre front plus blanc que lis,

Et vos yeux verts et si rieurs,

Et le nez droit et bien seyant,

Le visage de fraîches couleurs,

Blanche, vermeille plus que fleurs,

Petite bouche et belles dents,

Plus brillantes que fin argent,

Menton et gorge et bell’poitrine

Blanc comme neige ou (fleurs) d’aubépine,

Et vos si belles blanches mains,

Aux longs doigts graciles et minces,

Et votre si beau maintient

Où il n’y a rien à reprendre,

Et vos propos plaisants et bons,

Et gent parler, nobles réponses,

Et le bel accueil que me fîtes

Quand il advint que nous nous vîmes.

 

Quand mon cœur me rappelle ceci,

Adonc demeure si ébahi,

Ne sais où ne vais ni d’où je viens ;

M’émerveille que me soutiens,

Le cœur me faut et les couleurs,

Tant m’étreint, dame, votre amour.

Tout le jour souffre ces combats,

Mais la nuit m’est pire tracas

Car quand me suis allé coucher

......................................................

Me tourne et me retourne et vire,

Pense et repense, et puis soupire.

Souvent me dresse sur mon séant,

Après me tourne en soupirant,

Et me couche sur le bras dextre,

Puis me vire sur le senestre,

Me découvre soudainement

Puis me recouvre doucement,

Et quand me suis bien agité,

J’étends au dehors mes deux bras

Et tiens la face, les yeux tournés,

Mains jointe devers le pays

Où je sais, dame, que vous êtes

..................................................

 

Tout vif pour vous je brûle en flamme,

Par pitié, dame, vous réclame

Que me pardonniez, si je faux,

Oyez, entendez ma prière,

Dame, la plus gente créature

Que jamais forma la nature,

Meilleure que ne peux dire ou sais,

Plus belle que beau jour de mai,

Soleil de mars, ombre d’été

Rose de mai, pluie d’avril,

Fleur de beauté, miroir d’amour,

Clé de mérite, écrin d’honneur,

Maison de dons, chef de jeunesse,

Front et racine d’intelligence,

Chambre de joie, de courtoisie,

Dame, mains jointes vous supplie,

Puisque vôtre suis si loyal,

Cédez à pitié et merci

Et m’acceptez pour serviteur.

Et me promettez votre amour

...........................................

 

Dame, n’ose plus avant vous prier.

Que Dieu vous garde et vous protège.

S’il vous plaît, rendez mon salut,

Puisqu’amour m’a par vous vaincu,

Que par moi sur vous il ait gloire

Amour qui toute chose vainc

                      Dame !

 

Adaptée de l’occitan par France Igly

In, « Troubadours et trouvères »

Seghers, 1960                      

 

 

Dona genser qe no sai dir,

Per qe soven planh e sospir,

Est vostre amicx bon [e] coral,

Assatz podetz entendre cal,

Mand’e tramet salutz a vos ;

 

Mas a sos obs n’es cobeitos :

Jamay salutz ni autre be

Non aura, si de vos no·l ve.

Dona, loncx temps a q’ieu cossir

Co·us disses o vos fezes dir

Mon pessamen e mon coratje,

Per mi meteys o per messatje ;

Mas per messatge non aus ges,

Tal paor ai c’ades no·us pes ;

Ans o dissera ieu metes,

Mas tan soi d’amor entrepres,

Car remir la vostra beutat,

Tot m’oblida cant m’ai pensat.

Messatje·us tramet mot fizel,

Breu sagelat de mon sagel ;

No sai messatje tan cortes

Ni qe mielhs seles totas res.

Est cosselh m’a donat Amors

A cuy deman tot jorn secors ;

 

Amors m’a commandat escrire

So q·el bocha no auza dire.

Ieu no·us aus far esdig ni ganda

En so queAmors me comanda.

Er aujatz, Dona, si vos play,

So qe mos breus vo guida lai. 

 

Corteza Dona conoissen,

E de bon grat a tota gen,

Apreza de totz benestars

En fatz , en dttz et en pessars,

La cortezi’ e la beutatz

E·l gen parlar e·l bel solatz,

L’ensenhamen e la valors,

E·l gen cors e·l fresca colors,

Bel ris e l’esgart amoros

E l’autri benestar de vos,

E·l bels faitz e·l dig agradieu

Mi fan la nueg e·l jorn pessieu.

Car non ai loc de voz vezer,

Joy ni deport non puesc aver ;

Non puesc aver joi ni deport ;

Peritz soi si non venc al port.

Qe·l lonc esper e·l lonc cossir

E·l trop velhar e·l pauc dormir

E·l dezirier de vezer vos

Me ten aisi lo cor aissos,

Cen vetz prec Dieu la nueg e·l jor(n)

Q e·m do mort o la vostr’amor.

Dona, si·m do vostr’ amor Dieu,

Cen tans soi vostre mielh qe mieu ;

Car de vos sai, Dona, qe·m ve

Tot cant ieu fas ni dic de be

Lo premier jorn q’ieu anc vos vi,

M’intret el cor vostr’ armor si

Q’ins en un foc m’aves assis,

C’anc no mermet, pus fo empris ;

Pus fon empris, pueys no esteys,

De jorn en autre dobl’e creys,

E can me soi de vos lonhatz,

Creys e dobla pus l’amistatz :

Mas can se pot endevenir

Q’ieu vos vey, Dona, e·us remir,

Son aisi qe may res no·m sen ;

Per qe sai be q’es falhimen

Le repropchier c’om dire sol :

Qe huelhs no vezo, cor no dol.

Lo cor mi dol, Dona, per ver,

Can no·us podon miey huelh vezer ;

Mas del vezer cosselh no·y say ;

Pero mos cors es romas lay,

Ab vos estai, on q’ieu esteya,

La nueg e·l jorn ab vos domneya.

Per qe m’endeve mantas vetz

Qe autr’ afar pessar no·m les.

Can cug pensar en autra res,

De vos ai messatje cortes,

Mon cor, q’es lai vostr’ ostaliers ;

Me ven de vos sai messatgie[r]s,

Qe m ditz e·m remembr’ e·m retray

Vostre gen cors cuende e gay,

Las vostras belas suras cris,

E·l vostre fron pus blanc qelis,

Los vostres huelhs vairs e rizens,

E·l nas q’es dreitz e be sezens,

La fassa fresca de colors,

Blanca, vermelha pus qe flors,

Petita boca, blancas dens,

Pus blancas q’esmeratz argens,

Mento e gola e peitrina

Blanca co neus ni flor d’espina

Las vostras belas blancas mas,

E·ls vostres detz grailes e plas,

E la vostra bela faisso,

On non a ren de mesprei[s]o,

Los vostres gaps plazens e bos,

E·l gens solatz e·l franc respos,

El ben semblan qe·m fetz al prim,

Can s’endevenc c’abdos nos vim.

 

Can so·m remembra e·l cor e·m diz,

Adoncx remanc si esbaitz,

No sai on vauc ni on me venc ;

Meravilh me car me sostenc,

Qe·l cor me falh e la color :

Si·m, destrenh, Dona, vostr’amor.

Tot jorn suefre esta batalha,

Mas la nueg trac pejor trebalha :

Qe can me soi anatz jazer

E cug alcun plazer aver,

 

Adonc me torn e·m volv e·m vir,

Pens e repens e pueys sospir.

E pueys me levi en sezens,

E colgui me sobre·l bras destre,

E pueys me vire el senestre,

Descobre me soptozamen,

Pueys me recobre belamen.

E can me soi pro trebalhatz,

Ieu get defor abdos mos bratz

E tenc lo cor e·ls huels aclis,

Mas juntas deves lo pays,

On ieu sai, Dona, qe vos es ;

 

Fas la razo c’ausir podes :

Aï ! bona Dona benestans,

Si veira ja est fin amans

A son viven lo jorn ni·l ser

Qe a selat o per lezer

Vostre gen cors cuend’e prezan

Entre mos bras remir, baizan

Huelhs e boca tan dossamen

Qe sol un bays fassa·m de sen

Et ieu pel joy blasmar me lays !

Er ai trop dig, mas no puesc mais

S’una vetz sola ai parlat

So qe·l cor a loncx temps pensat.

Cant aiso dic, non puesc pus dir ;

Mos huelhs clauzens fas un sospir,

En sospiran vau endormitz ;

Adoncx se·n vai mos esp[er]itz

Tot dreitamen, Dona, vas vos

De cuy vezer es cobeitos.

Tot enaisi co yeu dezir

La nueg e·l jorn, can m’o cossir,

A son talan ab vos doneya,

Embrass’e baiza e maneya.

Per qe dures aisi mos sens,

No volgr’ esser senher de Rems.

Mai volria jauzens dormir

Qe velhan deziran languir.

E Rodocesta ni Biblis

Blancaflor ni Semiramis,

Tibes ni Leida ni Elena

Ni Antigona ni Esmena

Ni·l bel’ Yzeus ab lo pel bloy

Non agro la mitat de joy

Ni d’alegrier ab lurs amis,

Com yeu ab vos, so m’es avis.

Per vostr’ amor fas un sospir

E pueys trebalh al resperir,

Hobre mos huelhs soptozamen,

Gart say e lay tot belamen,

Trobar vos cug, Dona, latz mey,

Mas jes no·us truep ni no vos vey

Ma clau mos huelhs, torni ma chera,

Mas mas juntas, d’aital maniera

Vezer si poiria dormir ;

Mas jes no·y puesc endevenir :

Ans torn en eyssa la batalha

D’amors qe m’aussi e·m trebalha.

Dona, no·us puesc lo sente dir

De las penas ni del martir,

Del pantays ni de la dolor

Q’ieu trac, Dona, per vostr’amor  

Per vostr’amor totz vieus aflam,

Ma per merce·us, Dona, reclam

que·m perdones, s’ieu falh ni pec.

Aujatz et entendetz est prec.

Dona, la genser criatura

Qe anc formes el mon natura,

Melhor qe non puesc dir ni say,

Pus bela qe bel jorn de may,

Solelh de mars, ombra d’estieu,

Roza de may, plueja d’abrieu,

Flor de beutat, miralh d’amor,

Clau de fin pretz, escrins d’onor

Mas de do, capdel de joven,

Sim e razitz d’ensenhamen,

Cambra de joy, loc de domney ;

Dona, mas juntas, vos sopley

Prendes m’al vostre s[er]vidor,

[E] prometes me vostr’amor.

De pus no·us prec ni no·s cove,

Mas tot si’ en vostra merce.

E pus de me vos fas ligansa,

Prometetz me vostr’ esperansa :

De l’esperans’ aurai cofort,

Mon bon esper tro a la mort ;

May vuelh en bon esper morir

No vuelh desesperatz languir.

 

Dona, no·us aus de pus prejar,

Mas Dieu vos sal e Dieu vos gar

Sie·us play, rendetz me [ma ] salut,

Pus Amors m’a per vos vencut,

Vensa·us per mi tot eyssamens

Amors, qe totas cauzas vens !

[Domna]

 

Corpus des Troubadours

Institut d’Estudis Catalans, Barcelona

Poème précédent en occitan :

Bernat de Ventadorn : « Le temps va et vient... / Lo tems vai e ven... » (13/02/2021)

Poème suivant en occitan :

Marcela Delpastre : « Comme l’eau va un jour... » / « Coma l’aiga que vai, un jorn... » (01/04/2021)