P1020091[1]

 

Bout de monde

 

D’abord le vent, que je dis

livrant d’ahan provisoire bataille

et puis l’algue-mourir

 

Le roc qui fut là, installé

définitif

et puis l’ajonc de la grand-mer, que je dis

la salée, la quelquefois charmante

ses berceuses à matraquer les falaises accores,

un chahut de navires

faisant route delà toutes voies

et mémoires

 

et d’abord j’aurais dit

le vent

puis il y aura l’histoire

la mue l’errance des nuages

et des chants pulvérisés

la jambe brisée du malheur. Un soir de paille

l’amour invulnérable. 

16 février 1972

 

*

Rien que d’eau, d’arbre et de glaise

nuit de cocagne, ma trop-claire

rien que pays d’intermittences

ainsi :

sexe détumescent d’un noir cheval hirsute

et la ruinée maison à se couvrir d’arbres

d’un coup un pivert tricolore et premier

les débutantes claires

renoncules et primevères,

le tressaillis du rat

la brouille qui persiste non pas dans les entours

mais bien mitan d’une écorçure

d’arbres à pommes

rien que la nuit, les épis noirs

du rêve

la terre commencée qui me tape

dans l’œil

Toi, du début

jusqu’à ma séquence dernière.

2 mars 1972

 

*

Ca s’appellera

PETITE PLUIE ABAT GRAND VENT

 

Les vents ternirent,

en effet,

le ciel touffu noircissait

la pluie fut paresseuse

et la terre douce à plus que dire

 

Les herbes fléchissaient

les oiseaux se taisaient chantaient

se turent

 

Je crus en Dieu ¼ d’heure

de plus.

20 mai 1972

 

*

C’est de la mer, et puis

son vague à l’âme / tumulte

le soc des brumes aigres

la puanteur énorme des varechs

l’aller-retour d’une hirondelle

noire à refaire les printemps

la rumeur permanente des cascades lointaines

l’ahan plus ou moins vif du vent

 

comme la paix rassoupie des sépulcres.

 

                                                                                            Langrune.

                                                                                                     29 juin 1972

(Chant rapace)

 

In, Revue « Cahier de poésie, 3 »

Editions Gallimard, 1980

Du même auteur :

Sans paroles (12/03/2019)

Salut (12/03/2020)

Pour l’exemple (12/03/2022)