moton558_1_

 

Salut

 

Une nuit la mer tremble

on marche aux nébuleuses

la turbulente écume

bave à l’étrave qui

tranche l’étrange lait

le beau pré lumineux

le blanc ruisseau des planctons

(Ophélie ! Chanaan !)

la houle berceuse aux oiseaux somnolents

 

à l’aurore il y a

l’instable éternité le luxe

énorme des nuages

et l’aise des escales

 

Ah Dieu ! que la mer est jolie !

29décembre 1994

 

Noir sur blanc

Editions Gallimard, 1998

Du même auteur : Sans paroles (12/03/2019)