images3[1]

 

Vergers sidéraux

 

Chaque fruit recèle une étoile

Les prunes et les noix, les pommes, les framboises,

En les pelant nous ouvrons un abîme et dévoilons

Le magma interne, le chaos, les nébuleuses.

 

Les fruits mûrs luisent de la clarté qui les habite.

Leur noyau est au centre un foyer condensé.

Tout un cosmos pendu à quelque branche basse.

Ils sont planètes, la clarté est leur douceur.

 

Une pensée secrète en eux se cache et frémit.

La saveur touche au but comme un vaisseau à la planète.

Ce que tentent de découvrir les vols spatiaux

Est là dissimulée dans l’intime du fruit.

 

Traduit du macédonien par Jeanne Angélowski et Jacques Gaucheron

Revue « Europe », Mars 1993

Du même auteur :

Dei otiosi (12/09/2014)

« Enferme cet été... » (25/09/2019)