6a015433b54391970c01675ea2a8d6970b-200wi[2] Portrait de Marcel Béalu par Roger Toulouse

 

Airs pour Mariouchka

 

1

Chaque feuille de l’arbre est un poisson vivant

Chaque mot frétillant sous ma tempe un oiseau

Un oiseau chante aussi clé de voûte à tes cuisses

Mon désir y rêvant se fait poisson volant

 

2

                                   Mariouckha mon chat sauvage

                                   Mon doux renard ma tourterelle

                                   Bête à Bon Dieu mon ouazelle

                                   Mon pain au laid mon arbre en chœur

 

3

                                   Trésor et beauté du monde

                                   Mon tout ma vie ma douceur

                                   Chatte ma brebis ma sœur

                                    Mon agnelle toute blonde

 

4

Lisse comme un œuf dur

Frais sorti de sa coque

Souple comme un goujon

Dure comme un bourgeon

Et belle à fendre l’âme

Toi fendue où il faut

Pour être sans défaut

 

5

Je t’aime à l’endroit  à l’envers

En long en large en profondeur

A tout instant je perds mon cœur

Au creux que tu creuses dans l’air

 

6

                                   Tes genoux versent le miel

                                   De la terre et son langage

                                   Tes mains sont des coquillages

                                   Qui contiennent tout le ciel

 

7

Et ton sein nu

Au bout revêche

Comme la pêche

Qu’on nomme Téton de Vénus

 

8

                                   O merci de m’avoir donné

                                   Mon dieu des mains pour la toucher

                                   Une bouche pour la baiser

                                   Et des yeux pour la regarder

 

9

Je t’aime tant je t’aime tant

Que l’instant emporte le temps

Je n’ai plus que le souci d’elle

Mon amour me donne des ailes

 

10

                                   Mon amour m’attache au présent

 

L’Air de la vie, 1936 – 1956

Editions Seghers, 1958