s-l400[1]

 

Départ

 

Quelque chose bourdonne à mon oreille

est-ce mon cœur dans ma poitrine

ou ma cervelle dans ma tête

est-ce le bruit du train que je devine

 

                    Le train comme un vaisseau

                    glisse sur la nuit

                    Comme un vaisseau aux mille hublots

                    grands ouverts sur la vie

 

Il emportera ce soir ma pensée

sur des rails de feu conduis-là mon rêve

vers l’horizon jusqu’aux étoiles

que le ciel sur la plaine a semées

 

                    Vaisseaux ô palais fantastiques

                    sur la nuit et sur la vie

                    que ne m’emportez-vous

                    avec ma pensée

                    vers les pays où vous aborderez

 

                                        O ma pensée

                                        accoudée

                                        aux coussins

                                        les yeux clos

                                        et les mains

                                        jointes

 

En gare le train démarre

la lanterne d’arrière

tombe et s’éteint dans le brouillard

 

 

In, Revue « Nord-Sud, N° 15, Mai 1918 »