1949_geburtstag_von_johann_wolfgang_von_goethe_1_

 

Un autre, pareil

 

Sur toutes les cimes,

Plus rien ne bouge,

Aux sommets des arbres,

Tu perçois à peine,

Un souffle d’air.

Dans la forêt les oiseaux se sont tus.

Attends, bientôt,

Tu reposeras à ton tour.

(6 septembre 1980)

 

Traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre

in, « Anthologie bilingue de la poésie allemande »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1995

Du même auteur :

Le Roi des Aulnes / Erlkönig (23/06/2014)

Bienvenue et adieu / Willkommen und Abschied (22/06/2015)

La chanson de Mignon / Mignons lied (23/06/2016)

Chant de tempête du voyageur / Wanderers Sturmlied (23/06/2017)

 

Ein Gleiches

 

Über allen Gipfeln

Ist Ruh,

In allen Wipfeln

Spürest du

Kaum einen Hauch ;

Die Vögelein schweigen im Walde.

Warte nur, balde

Ruhest du auch.

 

Poème précédent en allemand :

Peter Huchel : « Sous la houe brillante de la lune… » / « Unter der blanken Hacke des Monds… » (16/04/2017)

 

Poème suivant en allemand :

August von Platen : « O tendre printemps... »  / « O süßer Lenz... » (21/08/2018)