Theodore_Strawinsky_Portrait_de_Jouve_1945_Co_Fondation_Theodore_Strawinsky_1_

 

Eclairement

 

J’émerge alors de l’angoisse quand le soleil

Perce en se souvenant de sa droite les brumes

A la saison vieillie par les glaives du ciel

Bleu profond qui réchauffe encor les amertumes

 

Et me souviens : vous êtes amoureusement

Tout amoureusement à toute heure de vie

Si je sais vous aimer dès le souffle aspirant

Seulement vous aimer où votre sein supplie

 

A la plaie ! Seulement uniquement aimer

Par souffle et par poil frémissant et par penser

Votre être ; et votre éternité claire et ravie

 

Diadème

Les Editions de Minuit, 1949

Du même auteur :

Songe (14/08/2015)

Adieu (14/08/2016)