ungaretti_03_1_

 

Les fleuves

 

 

Je m’appuie à un arbre mutilé

Abandonné dans cette combe

 

Qui a la langueur

 

D’un cirque

 

Avant ou après le spectacle

 

Et je regarde 

Le passage paisible

Des nuages sur la lune

Ce matin je me suis étendu

Dans l’urne de l’eau

Et comme une relique 

J’ai reposé

L’Isonzo en coulant

Me polissait

Comme un de ses galets

J’ai ramassé

Mes os

Et m’en suis allé

Comme un acrobate

Sur l’eau

Je me suis accroupi

Près de mes habits

Sales de guerre

Et comme un bédouin

Je me suis prosterné pour recevoir

Le soleil

Voici l’Isonzo

Et mieux ici

Je me suis reconnu

Fibre docile 

De l’univers

 

 

Mon supplice

 

C’est quand

 

Je ne me crois pas

 

En harmonie

 

 

Mais ces occultes

 

Mains

 

Qui me pétrissent

 

M’offrent

 

La rare

 

Félicité

 

 

J’ai repassé

Les époques

De ma vie

Voici

Mes fleuves

Celui-ci est le Serchio

C’est à lui qu’ont puisé

Deux mille années peut-être

De mon peuple campagnard

Et mon père et ma mère

 

Celui-ci c’est le Nil

Qui m’a vu

Naître et grandir

Et brûler d’ingénuité

Dans l’étendue de ses plaines

Celle-là est la Seine

Dans ses eaux troubles

S’est refait mon mélange

Et je me suis connu

Ceux-là sont mes fleuves

Comptés dans l’Isonzo

Et c’est là ma nostalgie

Qui dans chaque être

M’apparaît

A cette heure qu’il fait nuit

Que ma vie me paraît

Une corolle

De ténèbres

Cotici, 16 août 1916

 

Traduit de l’italien par Jean Lescure

In, Giuseppe Ungaretti : « Vie d’un homme : Poésie 1914-1970 »   

Editions Gallimard (Poésie), 1981

Du même auteur :

Où la lumière / Dove la luce (20/11/2014)  

La Pitié / La Pietà (13/05/2016)

 

I fiumi

 

Mi tengo a quest’albero mutilato

Abbandonato in questa dolina

Che ha il languore

Di un circo

Prima o dopo lo spettacolo

E guardo

Il passaggio quieto

Delle nuvole sulla luna

 

 

Stamani mi sono disteso

In un’urna d’acqua

E come una reliquia

Ho riposato

 

 

L’Isonzo scorrendo

Mi levigava

Come un suo sasso

 

Ho tirato su

Le mie quattr’ ossa

E me ne sono andato

Come un acrobata

Sull’acqua

 

 

Mi sono accoccolato

Vicino ai miei panni

Sudici di guerra

E come un beduino

Mi sono chinato a ricevere

Il sole

 

 

Questo è l’Isonzo

E qui meglio

Mi sono riconosciuto

Una docile fibra

Dell’universo

 

Il mio supplizio

È quando

Non mi credo

In armonia

 

 

Ma quelle occulte

Mani

Che m’intridono

Mi regalano

La rara

Felicità

 

 

Ho ripassato

Le epoche

Della mia vita

 

 

Questi sono

I miei fiumi

 

 

Questo è il Serchio

Al quale hanno attinto

Duemil’anni forse

Di gente mia campagnola

E mio padre e mia madre.

 

 

Questo è il Nilo

Che mi ha visto

Nascere e crescere

E ardere d’inconsapevolezza

Nelle distese pianure

 

 

Questa è la Senna

E in quel suo torbido

Mi sono rimescolato

E mi sono conosciuto

 

 

Questi sono i miei fiumi

Contati nell’Isonzo

 

 

Questa è la mia nostalgia

Che in ognuno

Mi traspare

Ora ch’è notte

Che la mia vita mi pare

Una corolla

Di tenebre

 

Cotici il 16 agosto 1916

 

Vita d’un uomo. Tutte le poesie

Mondadori editore, Milano, 1969

Poème précédent en italien :

Cesare Pavese : La terre et la mort / La terra e la morte (18/04/2017)

Texte suivant en italien :

Dino Campana : Gênes / Genova (20/08/2017)