947277_1_m[1]Lithographie de Pericle Fazzini, 1958

 

Calme

 

Après tant

de brouillard

une

à une

se dévoilent

les étoiles.

 

Je respire

la fraîcheur

que m’apportent

les coloris

du ciel.

 

Je me reconnais

image

fugitive

 

enclose en un  cercle

immortel.

 

Bosco di Courton, juillet 1918

 

Traduit de l’italien par Geneviève Burckhardt

In, « Italie poétique contemporaine »

Editions du Dauphin, 1968

Du même auteur :

  Où la lumière / Dove la luce (20/11/2014)  

La Pitié / La Pietà (13/05/2016)

Les fleuves / I fiumi (13/05/2017)

Vanité/ Vanità (13/05/2018)

J’ai tout perdu / Tutto ho perduto (13/05/2019)

La mort méditée (1,2,5,6) / La morte meditata (1,2,5,6) (13/05/2020)

San Martino Del Carso (13/05/2021)

 

Sereno

 

Dopo tanta

nebbia

a una

 a una

 si svelano

le stelle

 

Respiro

il fresco

che mi lascia

il colore

del cielo

 

Mi riconoso

immagine

passeggera

 

Presa in un giro

immortale

 

Bosco di Courton, Luglio, 1918

 

Allegria di naufragi,

Mondadori Editore (Milano), 1919

Poème précédent en italien :

Cesare Pavese : Eté – Eté 1 / Estate – Estate I (18/04/2021)