sit32011[1]

San Martino Del Carso

Petit vallon de l’arbre isolé, 27 Août 1916

 

De toute ces maisons

Il n’est resté

Que ces vagues pans de mur.

 

De toutes mes amitiés

Il n’est resté si peu que rien.

 

Mais il ne manque aucune croix

Dans mon cœur.

 

Mon cœur est le pays le plus dévasté

 

Traduit de l’italien par Sicca Venier

in, « Poètes d’Italie, Anthologie »

Editions de La Table Ronde, 1999

 

Saint-Martin du Carso

 

De toutes ces maisons

il n’est resté

que ces vagues

pans de murs.

 

De toutes

mes amitiés 

il n’en est pas même

resté autant.

 

Mais à mon cœur

nulle croix ne manque.

 

Mon cœur est le pays

le plus dévasté.

 

Valloncello dell’Albero Isolato, le 27 Août 1916

 

Traduit de l’italien par Geneviève Burckhardt

In, « Italie poétique contemporaine »

Editions du Dauphin, 1968

Du même auteur :

  Où la lumière / Dove la luce (20/11/2014)  

La Pitié / La Pietà (13/05/2016)

Les fleuves / I fiumi (13/05/2017)

Vanité/ Vanità (13/05/2018)

J’ai tout perdu / Tutto ho perduto (13/05/2019)

La mort méditée (1,2,5,6) / La morte meditata (1,2,5,6) (13/05/2020)

 

 

San Martino Del Carso

 

Di queste case

non è rimasto

che qualche

brandello di muro

 

Di tanti

che mi corrispondevano

non è rimasto

neppure tanto

 

Ma nel cuore

nessuna croce manca

 

E’ il mio cuore

il paese più straziato

 

Valloncello dell’Albero Isolato  il 27 agosto 1916

 

Il porto sepolto

Stabilimento Tipografico Friulano, Udine (Italia), 1916

Poème précédent en italien :

Cesare Pavese : Eté – Eté 1 / Estate – Estate I (18/04/2021)

Poème suivant en italien : 

Rinaldo d’Aquino : « Jamais plus je n’aurai de joie... » / « Già mai non mi conforto... » (22/07/2021)