ant_nio_ramos_rosa_1_

 

Quand la lumière s’efface…

A Yves Bonnefoy

 

Quand la lumière s’efface

presque complètement

quand les lumières respirent encore

quand les drapeaux s’inclinent

quand les homme se taisent

quand l’esprit se meut lentement dans le silence

quand la mer et le soleil se conjuguent dans la nuit

à travers les ombres qui respirent

quand la lumière efface en toi

la dernière lueur du jour

et que tu entres dans le silence de la nuit

avec le soleil sous les eaux

dans le silence de la nuit.

 

Traduit  du portugais par Michel Chandeigne,

in « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

Du même auteur :

La femme dilacérée / A mulher dilacerada (02/09/2014)

Une voix / Uma voz (02/09/2015)

Un homme obscur dans une ville lumineuse /Um homem obscuro numa cidade luminosa (02/09/2017)

La maison / A casa (19/02/2019)

 

 

Quando a luz se apaga…

A Yves Bonnefoy

 

Quando a luz se apaga

Quase completamente

Quando as luzes respiram ainda,

Quando as nandeiras se inclinam

Quando o  espírito se move lentamente no silêncio

Quando o mar e o sol se conjugam na noite

através  das sombras que respiram

Quandu a luz apaga em ti

O  último clarão do dia

E tu entras no silêncio da noite

Com o sol sob as águas

No silêncio da noite.

Poème précédent en portugais :

Fernando Pessoa : Passage des heures / Passagem das horas (20/06/2016)

Poème suivant en portugais :

Fernando Pessoa : Le Gardeur de troupeaux /O Guardador de rebanhos (20/06/2017)