220px-JPF-Toulouse5wiki[1]

 Al Djezaïr

 

Si la plaine est sabordée, et si

la rape prend sur la pierre

si le mur de chaux est lacéré

- la route aussi va rompre, les chemins

noués comme à l’épaule déchirée

épingle de blessure, liée

à l’angle et entre faim et geste

 

Jusqu’à l’avancement

de roc, lovant une femme

aux genoux enserrés

marquée de mains çà et là, marquée

de naissance et enserrée, tenue mais non prise

à peine arable, et comme

venue aux mains avec la pierre

Nous n’avons pas ses mots. Le sol

manque, égorge les  vergers

après avoir suivi les pentes, du côté du soir

qui dorait les visages, taisait les bouches

longeait le retour des mains mêlées

attachait l’ombre, ici, agrafait l’arbre

les branches, la main trop simple

- cela qui ne sera pas rendu. Où une nuit s’est faite

sans venir, inventée

avant cette décision de forme entre hanche et aisselle

ouverte, essartée avant l’odeur

de bras chargé, sachant tenir, voulant

prendre, et rompre par présence

 

Nous n’avons pas le soir

ni la parole, mais ce fouet de corde humide

ce poing pierreux

 

II

                                                 Surgi du ciment

                                                 giclé de prunelle

                                                 âpre grincement

                                                 remordu à belles

 

                                                 soifs vives sarments

                                                 ou buissons – sans elles

                                                 tu vis vainement

                                                 l’épine irréelle

 

                                                 la pointe sans peine

                                                 la bombe et le blé

                                                 le béton perdu

 

                                                 éclaté près du

                                                 blockhaus ensablé

                                                 sans lieu sans haleine

 

III

Le chemin noir vers l’eau retrouvée

s’éteint et plie, retourne

au sol roux de bruyère

longuement la saveur cassée du bois

serrée de nœuds, cordée

de sécheresse. Nos mains étendues

touchent le bruit de feuille froissée

Les images roulent, gréseuses, se font choses

dans la pente sonore, bondissantes

où le pan d’ajoncs se tache de vert

brûlé de grisaille. La pierre taille un seuil

dans l’arête massive et le fouillis de fougère

reprise par l’heure, retirée

à la ligne dure du soir

défaisant les villes, jonchant le grain des boutiques

à l’instant qui trace des visages

les yeux rocheux et gris d’enfants, bleuissant

les bouches retracées, les corps longuement aimés

les muscles mûrs et chauds, les musiques rompues

comme un tendon soudain s’arrache à l’os

- chaleur lentement traversée

jusqu’à ce fond d’eau qui manque et ruisselle

sourdant sur la brisure

Ainsi dans une poche, serré doucement, un caillou poli

 

 

IV

                          Vivante brûlé et faite chair

                          Chair faisant abruptement femme

                          Trempée vive de terre et de fer

 

                          Donnée durement à une

                          Lutte nue de gorge et de lame

                          Aux creux des fosses communes

 

                          Lourde de mains liée à la roue

                          Paumes rivées à la jante

                          Au moyeu de visage et de boue

 

                          Qui tourne immobile attend

                          L’arrachement brut de la descente

                          Jusqu’à l’eau liée au sang

 

                          Assemblée par qui te supplicie

                          Déchirant ce que tu donnes

                          Défaisant le sang qui te relie

 

                          Tes doigts retournés se brisent

                          Où la route tressaille et résonne

                          Où l’arête vive incise

 

                          Sang tourné au fil de la douleur

                          Tu romps et mêles l’argile

                          Façonnant la courbe de couleurs

 

                          Tordant la soie d’un sourire

                          Rouant la touffe de peur agile

                          Creusant ce qu’elle respire

 

 

                          Lourdement vineuse larguée

                          Où la pente traîne et tire

                          Jusqu’à l’aval violent sans le gué

 

 

Fleuve renversé,

GLM Editeur, 1959

 

Du même auteur :

« Le visage qui va… » (14/12/2016)

Partage des eaux (14/12/2017)

Droit de suite. I (14/12/2018)

« Un peuple s’étend... » (14/12/2019)

Dessin inlassable (14/12/2020)