uojUGw6WnuU[1]

 

Contre le doute

  

Contre le doute hélas je n’ai pas de refuge 

                    En quelles mains me suis-je mis ? 

Et comment me juger car lorsque je me juge 

                    J’ai les yeux de mes ennemis. 

 

Que j’aimerais m’aimer et me laurer de gloire. 

                    Attendre le succès final. 

Mais contre moi si loin que cherche ma mémoire 

                    Se retourne mon tribunal. 

 

L’avocat me suspecte et le jury m’accuse 

                    Tous les témoins me donnent tort 

Et je dois écouter sans me trouver d’excuse 

                    Ma condamnation à mort.

 

 Revue "La Table Ronde, N° 82, Octobre 1954"

 Du même auteur :

 «  Je n’aime pas dormir… » (19/01/2014)

Préambule (07/04/2016) 

Prairie légère (01/04/2017)

Le chiffre sept (07/04/2018)

La forêt qui marche (07/04/2019)