14 juin 2019

Roger Milliot (1927 – 1868) : Qui ?

  Qui   Qui parle en moi, qui me regarde, d’où ? Qui dit le bien, le mieux, le pire ? Qui veut l’amour, qui nie l’amour ? Qui perce des issues, qui ouvre des gouffres ? Qui se sent étranger ? Qui habite le vide Où ce grand cri résonne ? Qui tient haut les étoiles ? Qui veut la vie, qui veut la mort ? Décembre 1966   Qui ? Edition complète et définitive Mostra del Larzac, 1969 Du même auteur : Pour une mort choisie (08/07/2014) « Je me forçais à naître chaque jour… »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2018

Roger Milliot (1927 – 1968) : « Il y a ce corridor sans fenêtre... »

  Il y a ce corridor sans fenêtre Sans lézarde Des coups obscurs Des pas comptés Un à un ajoutés A force de vouloir L’azur encore Au bout, problématique   Surtout ne pas se retourner Sur la suite infinie Du manqué De l’inconnu De l’imaginé Sur les mille stations De la douleur Là, bafoué Là, rejeté La, trompé Là, déchiré  Marcher aveugle Marcher sourd Au chant d’en haut Aux voix humaines Parlant de joies caduques Derrière les murs Marcher pourquoi Marcher parce que Parce que pourquoi Y... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2017

Roger Milliot (1927 – 1968) : Ville

  Ville   On cherche en vain son ciel Dans le regard de ceux A qui l’on demande une rue Où trouver l’amitié d’un arbre, Ces rues comme des sarcophages Où l’on vient essayer sa mort Monde de chenilles arpenteuses Glissement souple des échines L’un contre l’autre répété Tiédeur corrosive des foules Toutes ces vies parallèles Sans horizon pour les joindre Dans les cité s d’indifférence   Ils appellent fraternité la cohabitation Ils refusent le halo autour des choses Coupés les cheminements du feu ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2016

Roger Milliot (1927 - 1968) : « Je me forçais à naître chaque jour… »

  Je me forçais à naître chaque jour Dans l’innocence provoquée Et je finis par naître tout à fait A jamais lié à ton apparition Ce fut comme au jour premier Tu séparas ténèbres et clartés Tu séparas le doute et l’accord Tu inventas mon premier mot Et tous les autres que j’apporte Pour que s’accomplisse l’oracle Que toutes choses soit multiples   A l’orée des signes j’avance Sans cailloux de pain blanc Pour dévider ma route Mes souvenirs Au long des jours, Ton sillage cousu dans la mer Ton rire dans la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 juillet 2014

Roger Milliot (1927-1968) : Pour une mort choisie

                                                   Pour une mort choisie  Il faut laisser cela  A la porte de l’âme Il faut entrer léger  Sur la pointe des pieds Dans la mort transparente Comme une eau de cascade Qui lave les plaies du chemin Poser sous le portique Le bâton des rancunes  Vider les poches des cailloux Retourner les poussières des coutures  Se rappeler... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :