13369_small[1]

 

Clairière

49

 

Un sentier de jacinthes soudain

bascule parmi les branches

(ou n’est-ce que la faille du souvenir)

er ramène le pèlerin

au juin de sa jeunesse

 

ces matins où toutes les couleurs

tintaient dan l’or léger

l’air qui coulait sur ses membres

avait le goût de l’or dans les sapins

 

là-bas autour de l’horizon        la guerre

couronnait de mort sa jeunesse

 

toute la forêt fumante de parfums

les voix les doigts des jeunes filles

le sang doré de leurs regards

et les corps inaccessibles qui se livraient

dans les flammes de la danse

 

n’empêchaient pas son cœur

d’être déjà tourné         sans le savoir

vers la clairière

 

50

Un seul frisson de l’air

et tout l’espace grouille

                                               dans la hauteur

palpite de fièvre et de fraîcheur

se réveille ou se rendort

se divise en millions de lèvres

                                                   sans visage

le promeneur admire au-dessus de sa tête

cette adverse                        suspendue

 

pendant que les siècles se condensent

san hâte                          au coeur des chênes

en lamelles plus fines

                                    que la pensée

 

pas même un souffle

        une seule atteinte

                                                  le ciel se fane

et s’éparpille en rafales de douceur

 

les lambeaux d’une phrase

arrachée à la mémoire du monde

brillent

               à travers l’étendue

 

articulent le silence de toute parole

 

qu’est-ce qui demeure

                                             immobile

au cœur de cette tourbillonnante lumière

 

51

déjà l’attente

                             ouvre ses feuillages

au bout desquels brillent

les vivantes fontaines

 

entre le cœur et ces nappes obscures

vont et viennent à tire-d’aile

                                             les oiseaux du désir

à travers la transparence du temps

 

déjà le cœur a trouvé

                                    sa demeure

déjà meurt

ce qui n’a pas le pouvoir de renaître

déjà là-bas cette fête

                                    à n’en plus en finir

déjà le dernier sourire      empreint

sur tant de larmes

 

une odeur vermeille monte de la forêt

par-delà les dernières dépouilles du matin

 

52

parmi les arbres

                           se déplace

la forêt        couleur du silence

de toutes parts glissante

entre les feuilles et le vent

 

de la profondeur de l’or et de l’ombre

       émane

                       sa transparence

qui passe              et dépasse le jour

                                                 haleine de la pensée

 

invisible au ciel jauni par la mémoire

      elle se métamorphose

                   en sa propre lumière

se dissimule à la source

                                       de l’universel murmure

           et nous entraîne vers l’or intérieur

 

son parfum même nous détourne

                                                    de sa douceur

pour presser notre visage

                                         contre la joue des feuilles

 

mais parfois son sommeil

                                          nous frôle

étend nos corps au pied

                          d’un arbre blessé

 

alors du bord de l’oubli

                se montre celle

         dont rien ne nous sépare

et qui s’efface       quand elle vient

 

l’âme se réveille

                          et se souvient

à peine    de ce sommeil

                  où les feuillages semblaient l’envers

           du soleil

 

parmi les arbres

                          se déplace

la forêt         couleur du silence

de toutes parts glissante

entre les feuilles et le vent

 

53

il y avait alors le profond travail

                                                    du vent

le mouvement lentement

                                        des feuilles

au fond des basiliques du nord

         les paupières innombrables

                                      qui retombent

         avec la cendre d’or de l’automne

dans les forêts

                                                      déchiquetées

                par une douleur

                                                     plus longue

         que le vent qui entoure la terre

 

blajen        blajen         blajen

         bienheureux les pauvres 

                   les humbles

                            les persécutés

                                        pour la justice

le souffle de la forêt

                           dans les poitrines humaines

où monte l’eau noire de la mort

    blajen        blajen         blajen

    le grondement des tempêtes

                                       de l’équinoxe

                  bienheureux        bienheureux

les visages sculptés par les larmes

         et qui s’inclinent

                      comme les cimes

                                de nos forêts

à cinq heures de l’après-midi

          dans les sombres vêpres

                  de Novodivitchi

ô Moskwa          la cruelle    la très sainte

                                                            tu nous oublies

        au milieu du murmure

                      des milliers de cierges

et l’haleine terrible

                           des âmes dans le feu

qui ne veulent pas

                                          mourir

    et qui exhalent en triomphe

        la promesse

                 blajen        blajen         blajen

bienheureuse la source des larmes

        plus profonde que le feu

                plus douce que la nuit

dans les forêts de pierre

               qui ont pris la couleur du nord

 

54

la terre noire où s’éternisent

                          des racines de granit

se contracte sous les babéliennes colonnes

                                             dont les rides

          ont pris les plis du destin

 

la dure toison d’aiguilles

                                         hérisse une autre nuit

 

un rayon aussi fragile

                          que le regard

se glisse obliquement

                      à travers l’horreur des branches

que nul vent          jamais         ne fera frémir

 

ce fil infime de lumière

                à lui seul engendre      efface

la masse infinie de la forêt

 

matière        coagulée par le vide

l’immobile n’est qu’un interminable

                                                             éclair

 

mais la clairière qui mélange

                        la lune et la forêt

 

se remémore un plus tendre néant

où le fil s’ouvre

                 jusqu’à disparaître

 

et toutes traces effacées

             ne reste qu’une faible odeur

 

     le souvenir de la paix

 

55

Ne circule que le vent

ralenti par tant d’années

dans ces forêts peintes de brume

 

chaque tronc          dans son élan

affine sa propre solitude

 

d’arbre en arbre         retentit

l’écho indéfini

                                 d’une absence

 

(comme une foule dont aucun membre

ne tournerait vers l’autre son visage)

 

et pourtant chacun garde

dans son ombre

un invisible veilleur

 

de chaque silhouette d’écorce

émane

             une silhouette seconde

 

par les pentes du rêve l’armée des hommes

l’armée des ombres

emprunte son mouvement      à la nuit

 

où continuent

                        de l’autre côté du silence

les piétinements de l’Histoire

 

les éclairs noirs transperçant la chair

les halètements         le gémissement des corps

abandonnés

 

le sang s’est changé en terre

les dernières brindilles d’os

se mélangent dans l’humus

                                              aux racines

 

mais derrière chaque arbre

se dissimule

                       un visage de fumée

 

ne circule que le vent

ralenti par tant d’années

dans ces forêts peintes de brume

 

 

Clairière,

Editions Desclée de Brouwer,1974  

 

 

 

Du même auteur : 

Le (26/11/2014)

Clairière (1 – 15) (26/11/2015)

L’aube (26/11/2016)

Le point du jour (26/11/2017)

Clairière (16 – 30) (26/11/2018)

Clairière (31- 40) (26/11/2019)

Clairière (41- 48) (26/11/2020