figure-fig1_Q320[1]

 

Quatre poèmes

 

1

Les heures glissent

Comme des gouttes d’eau sur une vitre

 

Silence de minuit

La peur

Se déroule dans l’air

 

Oh...

C’est une feuille

On pense que la terre va finir

Tout le monde dort

Un soupir

Dans la maison quelqu’un vient de mourir

 

2

Quelque chose frôle le mur

On sent une âme qui veut naître

Aveugle

Quelqu’un cherche une porte

Demain les yeux seront ouverts

Un bruit

On ne trouve pas

Dans la vie

Il y a quelquefois un peu de soleil

 

Elle viendra

On l’attend

 

3

Fille

Dans la vie

On attend

 

Il y a un chemin

Où meurent les soirs

Quelqu’un vient

 

4

Ma face

Et autour un peu d’eau.

La glace,

Une porte ouverte

Qui montre une chambre pareille

Singe !

Pourquoi fais-tu ce que je fais ?

Je m’attends derrière la glace

 

in, Revue « Nord-Sud, N° 4-5, Juin-Juillet 1917 »

Du même auteur :

La matelotte (01/10/2017)

L’homme triste (01/10/2018)

Chemin inutile (01/10/2019)

Deux poèmes (01/10/2020)