Gilles-Baudry1-200x200[1]

 

Concert « Dixit Dominus » de Haendel

 

I

Si nul chant n’élude la nuit

si nul ne parle sans péril

 

d’où nous vient cet émoi

          - ô mélodie –

à chaque secrète inflexion ?

 

D’où naît ce désir tendre et véhément

de serre un violon

contre son cœur

quand il faut épauler sa douleur

jusqu’à l’accord final

qui nous emporte loin de nous ?

 

II

A l’orée du silence et de l’extase

il neige sur la partition.

 

La dernière mesure

          - toutes notes effacées –

oscille entre se prolonger en nous

et comme le jusant

se retirer

sous l’ovation des vagues.

 

Jusqu’où meurt un point d’orgue

Editions Rougerie, 87330 Mortemart, 1987

Du même auteur :

 « Du monde tu ne vois… » (09/07/2014)

Coda (09/07 /2015)

Le poète et son double (09/07/2016)

« Nul ne sait… » (19/08/2017)

« Le cœur fait les cent pas... » (19/08/2018)

« Nos pas / seraient plus purs... » (02/10/2020)