220px-Wang_Wei_001[1]

 

Seul assis parmi des bambous

Je joue à la cithare en chantant

Aucune personne au fond du bois

Seule la lune brillante vient m’éclairer

 

Traduit du chinois par Jean-Marie Gustave Le Clézio et Dong Qiang

In, J.M.G. Le Clézio : « Le flot de la poésie continuera de couler »

Editions Philippe Rey, 2020

 

Le pavillon aux bambous

 

Solitaire, assis dans les bambous retirés,

Je joue de la cithare et siffle longuement.

Au plus profonde des bois, ignoré de chacun,

Vient m’éclairer  le clair de lune brillant.

 

Traduit du chinois par Florence Hu – Sterk

in, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade), 2015

Du même auteur : Le parc aux magnolias (24/02/2021)